Cover image

70% des millenials éprouvent de l’angoisse éloignés de leur smartphone

La majorité des millenials (personnes nées entre 1980 et 2000) admettent ressentir de l’anxiété lorsqu’ils sont séparés de leur smartphone, indique un sondage de la plate-forme en ligne LendEDU auprès de 7.000 jeunes adultes.

La majorité des millenials (personnes nées entre 1980 et 2000) admettent ressentir de l’anxiété lorsqu’ils sont séparés de leur smartphone, indique un sondage de la plate-forme en ligne LendEDU auprès de 7.000 jeunes adultes.


Ainsi, lorsqu’on leur a posé la question « Êtes-vous anxieux lorsque vous n’avez pas votre smartphone avec vous ? », 69 % ont répondu par l’affirmative. Par contre, 31 % ont affirmé n’avoir jamais ressenti un tel effet secondaire. Dans le détail, 76 % des répondantes ont déclaré souffrir d’anxiété lorsqu’elles sont éloignées de leur dispositif mobile, contre 63 % pour les répondants.

Selon LendEDU , les conclusions de cette étude confirment les résultats de recherches antérieures tels que ceux du consultant comScore qui ont montrent que les millenials sont de plus en plus dépendants de leurs smartphones et des applications installées.

Selon plusieurs sources, les smartphones ont été conçus afin de stimuler leur utilisation sur le long terme via un système de toutes sortes d’avantages communicatifs.

Cortisol


En outre, le psychologue Larry Rosen a découvert que le cerveau libère du cortisol, une hormone généralement produite comme réponse au danger ou au stress, lorsqu’une personne passe trop de temps éloignée de son téléphone mobile. Par conséquent, le cortisol fait que nous ressentons de l’anxiété et que nous avons tendance à consulter notre smartphone.

« Votre objectif devient alors la réduction de cette anxiété et vous révisez votre téléphone », affirment les chercheurs.

« Les smartphones sont devenus des outils utilisés pour un large éventail d'activités », explique LendEdu. « Par conséquent, nous consacrons de plus en plus de temps à cet appareil, ce qui menace d’augmenter son effet addictif ».

« Le smartphone n'est pas uniquement un outil de communication, il est également utilisé pour le divertissement, la recherche d'informations ou encore la réalisation de calculs ».

En conclusion, les millenials sont particulièrement sensibles à ces effets de dépendance, car ils constituent la première génération totalement immergée au sein de la culture des smartphones dès leur plus jeune âge.