Cover image

Le pape François: "Les femmes ne seront jamais prêtres"

« Les femmes ne seront jamais prêtres dans l’église catholique. Le dernier mot sur ce point a été dit par le pape Jean-Paul II et il en restera ainsi. Il en restera ainsi. »




Cette déclaration, c’est celle que le pape François a faite en réponse à la question d’un journaliste suédois qui l’accompagnait lors de son retour à Rome. Le pape rentrait d’une visite de la Suède, où l’église luthérienne est dirigée par une femme.

François faisait référence à un document daté de 1994, dans lequel Jean-Paul II, qui a été canonisé par François le 27 avril 2014, avait fermé la porte de la prêtrise aux femmes. Selon le Vatican, il s’agit d’une partie irréversible de la tradition catholique.

Jean-Paul II a eu le dernier mot


Lorsque le journaliste lui en site lui a ensuite demandé : « Pour toujours, définitivement ? », Le pape a répondu : « Si nous lisons attentivement la déclaration de Jean-Paul II, elle va dans ce sens. »

Au sein de l’église catholique, beaucoup espéraient que cette règle soit finalement annulée en raison de la pénurie de prêtres.

Selon l’enseignement catholique, les femmes ne peuvent pas être nommées prêtres, parce qu’il n’y avait que des hommes parmi les apôtres de Jésus. Cependant, les critiques disent que Jésus n’a fait que suivre les normes de son époque.

La ministre de Limhamn Kyrka: "Selon François, les femmes feraient mieux de rester à la maison"


Récemment, Helena Myrstener, ministre de la Limhamn Kyrka, l’Eglise suédoise, avait écrit une tribune d'opinion dans le journal Sydsvenskan, en réaction à la visite prévue du pape en Suède. Dans cette tribune, elle lui reproche de négliger les femmes dans ses nombreux discours qui prônent le changement. En particulier, il n’a pas tenté de modifier la vision de la théologie selon laquelle les hommes et les femmes ont des rôles différents, et que les femmes doivent rester dociles et soumises. Elle écrit :
Le pape s’entête dans la théologie patriarcale catholique classique. Personne ne croit, par exemple, qu’il n’ouvrira jamais la prêtrise aux femmes. Lui, ainsi que l’église catholique, n’ont pas libéré leur emprise sur la théologie qui veut que les femmes et les hommes aient des rôles différents. Les hommes devraient mener et décider. La femme au mieux, reste à la maison. Les femmes devraient selon l’interprétation traditionnelle de Marie, la mère de Jésus, se soumettre et obéir, se taire et écouter