Cover image

Des migrants trompent l’administration sur leur âge réel

Les migrants qui arrivent en Belgique ne sont pas tous en possession des documents requis afin de prouver leur âge. Afin de se voir accorder le statut de mineur étranger non accompagné (Mena) qui permet un suivi sur mesure via un tuteur et leur évite d’être renvoyés dans leur pays d’origine, certains mentent à l’administration sur leur âge réel et affirment qu’ils sont mineurs, rapporte La Dernière Heure.

Les migrants qui arrivent en Belgique ne sont pas tous en possession des documents requis afin de prouver leur âge. Afin de se voir accorder le statut de mineur étranger non accompagné (Mena) qui permet un suivi sur mesure via un tuteur et leur évite d’être renvoyés dans leur pays d’origine, certains mentent à l’administration sur leur âge réel et affirment qu’ils sont mineurs, rapporte La Dernière Heure.


Cependant, l’Office des étrangers réalise un test osseux de la clavicule, du poignet et de la dentition afin de corroborer l’âge de la personne, explique le journal.



Tests osseux


Du début de l’année dernière à mars 2016, 2.099 migrants ont dû passer un test osseux, indique le SPF Justice, cité par la DH. 70% de ces tests ont permis de corroborer la majorité de la personne. En d’autres termes, 1.500 migrants auraient trompé l’administration en ce qui concerne leur âge réel.


Lorsqu’ils sont mineurs, les migrants bénéficient d’un accompagnement sur mesure. Un tuteur les suit et ils obtiennent également une place dans un centre d’accueil. En outre, ils ne peuvent pas être renvoyés dans leur pays, explique Benoît Mansy de Fedasil.


Enfin, l’efficacité de ces tests est critiquée par une partie des experts médicaux. Selon ces derniers, ces tests osseux ne seraient pas fiables à cause de la marge d’erreur, indique Le Soir.