Cover image

Voitures autonomes : il y a un problème dont personne ne parle

La plupart des voitures du futur, des voitures autonomes, ressembleront à des salons sur roues, où les passagers seront confortablement installés face-à-face, et où ils pourront lire, utiliser leur tablette ou smartphone, converser ... Même le chauffeur pourra tourner son siège pour interagir avec les autres voyageurs. Mais cette disposition comporte un inconvénient majeur dont personne ne parle: elle favorise le mal des transports.


Ce problème est bien connu des constructeurs, et ils l'étudient bien plus qu'ils n'en parlent... Lire et regarder vers l'arrière crée une différence entre ce que vos yeux voient et ce que votre oreille interne ressent. Le chauffeur est largement préservé de cette sensation, car il voit ce qui arrive au moment où il le ressent.

L'oreille interne est la clef du problème. Les personnes sourdes ne souffriraient pas du mal des transports, au contraire des aveugles.

La meilleure façon de combattre le mal est de se concentrer sur la route en regardant par la fenêtre, de préférence de face. Donc, l'une des solutions les plus évidentes que devraient appliquer les constructeurs serait de faire entrer le plus de lumière possible au niveau des côtés et de l'avant du véhicule, et d'arranger les sièges de façon à ce qu'ils n'obstruent pas la vue.

La réalité virtuelle


Un article publié dans Applied Ergonomics, par Diels et Jelte Bos, propose d'utiliser la réalité augmentée pour fournir des données visuelles supplémentaires : montrer la trajectoire du véhicule en mouvement aide à réduire le mal-être.

Mais toutes ces solutions ont un coût et pourraient rendre les voitures autonomes moins efficaces sur les routes. Nous serons donc peut-être confortablement installés, mais malades.