Conduire une Tesla à Singapour coûte $11.000 de taxes environnementales

A Singapour, conduire une Tesla coûte très cher, non seulement parce que vous devez importer la voiture, mais aussi parce qu’il existe une taxe d’émissions importante associée à chaque véhicule. Le Land Transport Authority de Singapour réclame US$11.000 pour les émissions de CO2.

A Singapour, conduire une Tesla coûte très cher, non seulement parce que vous devez importer la voiture, mais aussi parce qu’il existe une taxe d’émissions importante associée à chaque véhicule. Le Land Transport Authority de Singapour réclame US$11.000 pour les émissions de CO2.


Comment l'expliquer, alors que les voitures électriques n’émettent pas de CO2 ?

Lorsqu’Elon Musk a commencé à développer les véhicules électriques Tesla, il espérait réduire le taux de monoxyde de carbone à grande échelle. Une des conséquences aurait dû être la réduction des taxes environnementales, parce que les véhicules électriques ne produisent pas de gaz carbonique -du moins, pas directement.

Mais apparemment, à Singapour, les véhicules sont testés pour voir combien d’électricité ils consomment lorsqu’ils chargent, et comment ils l’utilisent. Cette consommation est ensuite convertie par rapport aux émissions de carbone nécessaires pour produire l’électricité. Dans le cas de la Tesla S, il a été calculé qu’elle produisait 222g/km de CO2, ce qui la fait passer dans la catégorie des véhicules passibles d'une taxe d'émissions de $11.000.

Des taxes qui dissuadent d'acquérir des véhicules électriques


Mais certaines voitures entrent dans des catégories encore plus onéreuses. Les taxes pour la BMW i8 hybride se montent à $21.500, à cause de ses émissions indirectes plus élevées.

Avec le temps, les règles mondiales concernant la taxation des véhicules électriques vont certainement changer. La façon de calculer les émissions à Singapour est logique, mais elle ne permet malheureusement qu’aux plus riches de posséder une voiture électrique.