Pourquoi le Danemark va devenir le champion des énergies renouvelables

Le gouvernement danois souhaite que le pays produise 70% de son électricité à partir de sources renouvelables d'ici 2020, et pour ce faire, il envisage de mettre en place l’infrastructure adéquate. Il veut favoriser la production d'énergie solaire, le recours aux voitures électriques et bâtir des usines de recyclage des déchets en énergie pour réduire de façon importante l’utilisation du charbon, du pétrole et du gaz.


Si tout se passe comme prévu, le Danemark devrait être totalement autonome en énergie électrique fournie par des sources durables à la moitié de ce siècle. Cela ferait de ce pays le premier pays riche et industrialisé à se débarrasser totalement des sources d'énergies fossiles et à se transformer entièrement pour leur substituer des énergies vertes.


« Nous avons déjà accompli 43 pour cent de cet objectif »,  affirme Kristoffer Böttzauw, directeur adjoint de l'agence de l'énergie danoise Energistyrelsen. Il affirme que l'objectif du pays est totalement  réaliste.


D’autres pays tirent déjà quasiment toute leur électricité à partir de sources d'énergie renouvelables. L'Islande, par exemple, a mis en place des centrales hydroélectriques et géothermiques pour faire face à ses besoins énergétiques ; la Norvège, qui est un peu moins peuplée que le Danemark, est presque totalement alimentée en électricité par ses barrages. Mais ces deux nations ont commencé cette transition au début des années 80 et elles n’ont pas eu de ce fait à réorganiser leurs infrastructures énergétiques. Or, c’est bien là que se situe la difficulté d’un tel projet : démembrer les centrales fonctionnant au charbon, promouvoir les énergies renouvelables et évincer les sociétés énergétiques ancestrales qui se sont basées sur les combustibles fossiles pour s’enrichir, entre autres.


Néanmoins, le Danemark a déjà largement généralisé l'emploi de l'énergie éolienne depuis la crise énergétique des années 70. La société danoise Vestas est d'ailleurs l'un des leaders mondiaux de ce secteur.


Selon Ryan Merchant de Motherboard, le pays dispose également d’un second atout : il affirme que la plus grande égalité sociale du Danemark et le revenu moyen élevé de la population danoise font que tout le monde est plus enclin à coopérer sur les projets environnementaux. En effet, les efforts financiers requis par les projets sociaux affectent tous les citoyens de manière comparable.


En outre, grâce aux recettes élevées provenant des impôts élevés du pays, le gouvernement danois à plus de marge de manœuvre pour inciter à la production d’énergie propre, dédommager les propriétaires des terrains concédés pour les éoliennes et investir à long terme dans des infrastructures qui réduisent les émissions de carbone. Il travaille actuellement sur un nouveau réseau pour ses villes qui permettrait aux véhicules électriques de se comporter comme des batteries et de produire de l’énergie électrique, tout en en consommant.