Comment le Danemark est devenu la Silicon Valley de l'agriculture

[PICTURE|sitecpic|lowres]


Le Danemark est un petit pays qui compte seulement 5,6 millions d'habitants, mais dans le domaine de l'agriculture, c’est un géant, qui a exporté 16,1 milliards d’euros de produits agro-alimentaires en 2011, alors qu’il n’en exportait que 4 milliards en 2001. Les produits agricoles ont représenté 20% des exportations danoises il y a deux ans, et le gouvernement estime que le pays en exportera 6,7 milliards d’euros de plus d’ici la fin de cette décennie.


Comme tous les dirigeants du monde, les législateurs danois ont voulu créer une Silicon Valley pour leur pays, et ils ont créé un pôle d’innovation agricole dans le centre du pays, explique Schumpeter de The Economist. Ce pôle rassemble plusieurs multinationales, dont Danish Crown, Arla, Rose Poultry et DuPont Danisco, mais il agit aussi comme une pépinière pour une multitude de PME.


Ces petites entreprises fonctionnent comme des indicateurs de tendances nouvelles et des incubateurs de nouvelles idées. En général, l'industrie agro-alimentaire, qui requiert une forte intensité capitalistique et qui est strictement réglementée, n’attire pas les startups. Mais au Danemark, les choses sont différentes, et plusieurs sociétés d’informatique, LefFarm, Bovisoft, Agrosoft, Webstech ou ISI Food Protection, sont en train de créer des solutions informatiques spécialisées pour le secteur agricole


Le pôle comprend également des instituts de recherche tels que le Centre de Recherche Danois pour le Bétail et le Centre du Savoir sur l'Agriculture. A l'Université technique du Danemark (DTU), 1.500 chercheurs travaillant sur ​​des projets liés à l'agro-alimentaire. En outre, on dénombre de nombreux partenariats public-privé, tels que celui qui a permis la création du parc industriel Agro Food Park près d'Aarhus, qui sera bientôt achevé et devrait employer 3.000 personnes d’ici 2020. 


L'innovation est primordiale. Les grandes entreprises investissent dans des centres pour  développer de nouveaux produits, comme celui d’Aarhus spécialisé dans le comportement des consommateurs, ou celui de la DTU qui s’intéresse au « silicium organique ». Renonçant à leur individualité, elles coopèrent avec des startups. 


Cependant, le secteur est également confronté à des défis majeurs, dont la défiance croissante du public à l'égard de l’agriculture familiale, et l’affaiblissement des exportations à destination de l'Union européenne, qui représentent encore 60% des exportations danoises, au profit des pays émergents.


Il n’empêche. Le secteur agro-alimentaire danois peut compter sur un marché en pleine croissance avec une demande qui devrait augmenter de 60% d’ici 2030. La Chine l’a érigé en modèle ; le célèbre restaurant Noma de Copenhague, a contribué à créer un nouveau culte pour la gastronomie scandinave ; quant à la célèbre charcuterie Danish Crown, elle n’hésite pas à organiser régulièrement des visites de ses abattoirs au cours desquelles les écoliers peuvent découvrir les lignes d’abattage des animaux…