Cover image

'Les figurines Lego ont l'air de plus en plus l'air furieux'

« Le nombre de visages joyeux sur les figurines Lego est en baisse tandis que la quantité de visages colériques augmente », affirme Christoph Bartneck, un expert en robotique qui est aussi directeur du Human Interface Technology Laboratory de l'Université de Canterbury, en Nouvelle-Zélande.


« Ces résultats sont importants car les jouets pour enfants et la façon dont ils sont perçus peuvent avoir un impact considérable sur les enfants », dit-il. « Nous pouvons nous interroger sur la manière dont le passage de visages positifs à un nombre croissant de visages négatifs influence leur façon de jouer».


Les chercheurs ont photographié les 3,655 figurines commercialisées entre 1975 et 2010. Ils ont identifié 628 visages différents qu'ils ont isolés. Puis ils ont administré un questionnaire en ligne à 264 participants qui ont été invités à évaluer l’expression émotionnelle de chacun des visages, en la notant sur une échelle de 1 à 10. Les résultats sont les suivants :


- 324 visages exprimaient de la joie
- 192 visages ont reflété de la colère
- 49 visages ont semblé tristes
- 28 visages manifestaient du dégoût
- 23 visages ont témoigné de la surprise
- 11 visages exprimaient de la peur


Même si plus de la moitié des personnages figurent dans la catégorie « joyeux», Bartneck explique que cette proportion tend à se réduire au fil des années au profit de celle des visages colériques. « Dans les années 1970, tous les visages des mini-figurines étaient souriants. Mais à partir de 1989, la gamme d’expressions s’est élargie pour inclure de nouvelles émotions ». « C’est un signe des temps. Si vous vous rendez dans un magasin de jouets de nos jours, vous découvrirez énormément de thématiques et en particulier, des jouets pour garçons très riches en thèmes belliqueux ».


Roar Rude Trangbeak, responsable de communication de Lego, a expliqué  au journal The Guardian que « chaque jouet développé par le fabricant a été testé par un groupe d’enfants experts et que des pédopsychiatres, des parents et des enseignants ont également été consultés. Les recherches ont montré que les enfants, surtout les garçons, apprécient les conflits chez les personnages ». « Les traits reflètent toutefois toujours l’humeur de Lego et c’est le bon qui gagne à la fin », a-t-il ajouté, indiquant que les les parents qui ne se satisfont pas de l'expression d'une figurine ont toujours la possibilité de remplacer sa tête par celle d’une autre.