La banlieue de Stockholm se prépare pour l'appel à la prière du vendredi lancé d'un minaret

En Suède, le comité de planification de la ville Botkyrka, dans la banlieue de Stockholm, vient de donner son accord pour que le Muezzin de la mosquée turque du quartier Fittja puisse lancer des appels à la prière du haut du minaret de 32 mètres les vendredis. C'est la première fois qu’une telle autorisation est accordée en Suède, où une loi de 1994 interdisait expressément ces appels à la prière. Il faut désormais que le conseil municipal de la ville donne son feu vert lors de sa réunion du 25 octobre prochain pour que les appels à la prière puisse effectivement avoir lieu pendant 1 à 2 minutes chaque vendredi.


C’est Ismail Okur, qui dirige l’Association Islamique de Botkyrka, qui a initié cette demande à la municipalité. Il a expliqué au journal suédois Dagen que les générations précédentes de Musulmans n’osaient pas le réclamer, mais que les représentants de la nouvelle génération étaient déterminés à exercer leur droit à la liberté de culte en Suède. « Nous avons vécu toute notre vie en Suède. Nous avons payé les impôts. Nous avons été des citoyens exemplaires. Nous avons beaucoup donné à la Suède. Maintenant, nous voulons la liberté religieuse ». Il n’exclut pas de réclamer que les appels à la prière du Muezzin puissent être autorisés 7 jours sur 7.


Pour la maire de la ville, la question de l’appel du Muezzin se pose surtout au regard du Code environnemental de la ville, en raison du niveau de bruit qu’il suppose. Les chrétiens-démocrates ont été les seuls à s’opposer à cette demande. Pour Stefan Dayne, un de ses représentants, les autres partis ont craint de perdre des électeurs musulmans.


Lorsqu’on rappelle à Okur que la Suède est, historiquement, un pays chrétien, il répond : «C'était peut-être le cas entre les années 1930 et 1940. Maintenant, c’est une nouvelle ère. Nous sommes plus de 100.000 Musulmans en Suède. Est-ce que nous ne devrions pas avoir notre religion aussi, surtout ici à Botkyrka, où nous sommes si nombreux ?" [selon les statistiques américaines, il y aurait entre 450.000 et 500.000 Musulmans en Suède, soit 5% de la population].


Ce cas n’est pas une première européenne. En 2009, l’émission de télévision néerlandaise Netwerk a indiqué que 10 mosquées effectuent les appels à la prière les vendredis dans le pays. En Belgique, au début de l’année 2010, la mosquée de Beringen s’est vu refuser sa demande de pouvoir lancer les appels à la prière après avoir rencontré l’opposition du parti Vlaams Belang, mais aussi d’autres personnes. En 2009, la Suisse a adopté une législation qui interdit l’édification de minarets. En France, les appels à la prière ne sont pas autorisés. La vidéo ci-dessous montre comment l’association du Bloc Identitaire Aquitaine qui s’opposait en janvier 2009 à la construction d’une mosquée dans la ville, a fait retentir un appel à la prière dans la ville à 6 heures du matin pour « habituer les habitants à l’appel à la prière » :