EconomieTravel & food

16 faits fascinants sur la bière

La bière fait partie de la culture belge, mais notre boisson nationale est également appréciée à l’étranger. Voici donc 16 faits fascinants sur la cervoise. Autant de raisons de savourer votre mousse au comptoir…

1. La plus ancienne recette de bière connue date de presque 4000 ans

Une vieille tablette dans laquelle du texte est gravé.
(Wikimedia Commons)

La bière n’a pas été brassée pour la première fois en Belgique, en Allemagne ou en République tchèque, tous deux de grands pays brassicoles aujourd’hui. Il faut même remonter très loin dans le temps, car la plus ancienne recette connue provient de la Mésopotamie antique et a été découverte dans un poème vieux de 3 900 ans sur une tablette de pierre (photo). Les premiers brasseurs étaient des Sumériens, un peuple qui aurait été la première véritable civilisation.

La recette a été traduite dans les années 1980 et utilisée par un brasseur américain pour recréer la toute première bière. Selon les sources de l’époque, elle contenait à peine 3,5 % d’alcool, et avait un goût assez sec et sans amertume. Nous devons ce goût amer dans nos bières modernes au houblon, mais les Mésopotamiens n’avaient pas encore cet ingrédient. Le houblon nous permet également de conserver la boisson plus longtemps, ce qui implique que la première bière devait être consommée immédiatement après le processus de brassage.

Autre fait intéressant : des peuples plus anciens produisaient déjà probablement de la bière par accident il y a des milliers d’années, car c’était un sous-produit de l’agriculture. Certaines sources osent même dire qu’il existait des endroits où les céréales étaient spécialement cultivées pour la fabriquer. La question qui se pose est de savoir lequel a été le premier : le pain ou la bière ?


2. Les pyramides d’Egypte auraient été construites « sous l’influence » de la bière

Les pyramides de Gizeh
(Pixabay)

On buvait également beaucoup de bière dans l’Egypte ancienne. Bien sûr, la boisson n’était pas encore comparable à la cervoise que nous consommons aujourd’hui. Selon l’Université de Pennsylvanie, les ouvriers qui ont construit les pyramides de Gizeh recevaient environ quatre à cinq litres de mousse par jour en échange de leur travail. Les Égyptiens croyaient également que la bière était plus saine que l’eau de la rivière du Nil.

Soit dit en passant, un salaire sous forme de bière n’est pas si étrange. Au cours de l’histoire, de nombreux peuples auraient utilisé la cervoise à titre de compensation. Même aujourd’hui, cela se passe encore d’une certaine manière. Dans de nombreuses entreprises de technologie moderne, il est de coutume de boire une mousse aux frais de l’entreprise le vendredi après-midi.


3. Aujourd’hui, la Chine produit le plus de bière au monde

Une Chinoise à lunettes regarde une bouteille de bière sur le comptoir.
(EPA)

Bien que nous n’associions pas immédiatement la boisson à l’Asie, c’est la Chine qui semble être le plus grand producteur de bière au monde. En 2017, les Chinois en auraient brassé plus de 440 millions d’hectolitres. Les États-Unis se classent à la deuxième place avec seulement la moitié de ce volume. Le Brésil et le Mexique brassent également plus de bière que les pays européens. L’Allemagne est le plus grand producteur de mousse en Europe, avec 93 millions d’hectolitres par an.

La Belgique occupe la sixième place en Europe avec 24 millions d’hectolitres en 2017. Il est frappant de constater que les Pays-Bas produisent plus de bière que la Belgique. Le Royaume-Uni, la Pologne et l’Espagne sont également des producteurs légèrement plus importants que notre pays.


4. Mais les plus gros buveurs de bière vivent en République tchèque

Une pinte de bière est tirée d'un robinet en or.
(EPA)

Ce sont les Chinois qui produisent le plus de bière, mais ils sont aussi beaucoup plus nombreux à en boire. Mais en ce qui concerne la consommation par tête, c’est la République tchèque qui est en tête de liste. En 2017, un Tchèque moyen a bu 138 litres de mousse. Le fait que les Seychelles soient à la deuxième place est surprenant. Cela vient probablement du fait qu’il s’agit d’une destination de vacances populaire et que les touristes font grimper la consommation de mousse. La Namibie affiche également une consommation moyenne remarquablement élevée.

En Europe, l’Autriche et l’Allemagne suivent les Tchèques avec un peu plus de 100 litres de bière par personne. Les autres pays où les résidents en boivent beaucoup sont la Pologne, l’Estonie, la Roumanie et la Croatie. Bien que la Chine et les États-Unis produisent le plus de cervoise, ces deux superpuissances ne figurent pas dans le top 20.


5. Cependant, la consommation de bière en Belgique continue de baisser

Chouffe, Maredsous et Duvel, trois verres de bière belge côte à côte sur une planche de bois.
(Pixabay)

Bien que notre pays porte le titre de pays de la bière, nous buvons de moins en moins de bière chaque année. Cette tendance dure depuis plusieurs décennies. En 2017, nous en avons bu 7,57 millions d’hectolitres, mais en 1996, ce volume s’élevait à pas moins de 10,3 millions de litres.

Le secteur brassicole voit plusieurs explications à cette tendance négative. Le vieillissement de la population signifie que de plus en plus de consommateurs préfèrent consommer des bières plus fortes en moindres quantités, plutôt que des « pils » plus légères, ce qui fait chuter les quantités globales. L’interdiction de fumer n’a certainement pas aidé la consommation de la boisson dans les cafés. De même, le contrôle strict de l’alcool sur la route joue également un rôle.

Une autre explication de cette tendance est que nous optons tout simplement davantage pour la qualité. La tendance à la baisse, par exemple, semble se poursuivre principalement avec la consommation de pils. La part des bières d’abbaye et des bières de dégustation est en augmentation.


6. La Belgique est l’un des plus gros exportateurs de bière

Une bouteille verte et un verre de bière avec Stella Artois
(Pixabay)

Bien entendu, la bière reste un produit d’exportation important de notre pays. En 2018, la Belgique a exporté pour 1,8 milliard de dollars de bière. Avec deux milliards de dollars d’exportations, les Pays-Bas font légèrement mieux. Le Mexique est en tête du classement avec une valeur d’exportation de 4,5 milliards de dollars. La meque belge la plus exportée est bien sûr la Stella Artois.


7. La première canette de bière date de 1935

Une vieille canette de bière Krueger.
(Wikimedia Commons)

Vous allez peut-être vous emparer d’une canette de bière dans votre réfrigérateur ce soir, mais c’était impensable avant 1935. D’un côté, il était difficile de trouver un matériau abordable capable de rendre les canettes suffisamment solides pour résister à la pression. Par ailleurs, les clients avaient l’impression qu’une telle canette affecterait le goût de leur mousse.

Peu de temps après la fin de la prohibition américaine, le brasseur Krueger a apporté la solution. Les canettes étaient particulièrement robustes et isolées à l’intérieur, de sorte que le métal ne pouvait pas influencer le goût. À l’époque, ils ont mis au point un poinçon aiguisé comme un rasoir pour ouvrir la boîte, car l’onglet pratique sur nos boîtes contemporaines n’a été inventé que dans les années 1960.

Krueger a ensuite mené une enquête auprès de ses clients et a reçu un retour très positif. Plus de 90 % ont estimé que la bière en canette avait meilleur goût que la bière en bouteille, comme une bière fraîche à la pression. Même aujourd’hui, on a encore l’impression que la bière de qualité ne peut pas être servie en canette, mais de nombreuses microbrasseries font leurs adieux aux bouteilles. Dans une canette, par exemple, la boisson reste fraîche plus longtemps, car elle n’est pas exposée au soleil.


8. AB InBev est le plus grand producteur de bière au monde

Un robinet avec le logo Jupiler.
(Pixabay)

Le plus grand producteur de bière au monde est toujours basé en Belgique. Anheuser-Busch InBev fournit principalement les États-Unis, le Brésil et le Mexique. Les marques les plus populaires sont la belge Stella Artois, l’américaine Budweiser et la mexicaine Corona. Au cours des trois dernières années, la multinationale a produit plus de 500 millions d’hectolitres de bière. Néanmoins, le fardeau de la dette de la société reste lourd, un reliquat de la prise de contrôle de SABMiller. Grâce à cet achat, AB InBev est devenu le leader absolu du marché.

Heineken est toutefois le leader du marché en Europe et la société néerlandaise se concentre de plus en plus sur les pays asiatiques. Dans des pays émergents comme la Chine, les populations découvrent la bière, ce qui explique également pourquoi China Resources est le troisième plus grand producteur de bière au monde. Cette firme brasse entre autres Snow, probablement la marque de bière la plus vendue au monde. China Resources avait jadis créé une entreprise commune avec SABMiller, mais après l’acquisition par AB InBev, les Chinois ont suivi leur propre chemin. Entretemps, Heineken a pris une participation dans la société pour introduire Snow hors de Chine.

Les autres grands producteurs de bière sont le danois Carlsberg, l’américain Molson Coors Brewing, le groupe chinois Tsingtao Brewery, les japonais Asahi et le chinois Yanjing.


9. Les termes «double» et «triple» n’ont rien à voir avec le goût

Un verre de bière brune à côté d'un verre de bière blonde.
(Pixabay)

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi une bière s’appelait « double » et une autre, « triple » ? Ces termes viennent bien sûr de la Belgique, mais n’ont rien à voir avec le goût ou la composition de la bière. Les moines des abbayes avaient sans doute besoin d’un système permettant de distinguer les tonneaux et d’indiquer le poids de la bière. Une bière « double » emploie plus de grain, ce qui augmente également la teneur en sucre. Et plus il y a de sucre, plus la bière contient de l’alcool.

C’est pourquoi ces fûts ont peut-être reçu la plaque d’immatriculation « XX », ce qui indique qu’ils contenaient deux fois plus d’alcool. Les doubles sont des bières relativement légères avec un pourcentage d’alcool d’environ 6 %. Le grade suivant est bien sûr la triple, qui contient généralement environ 8 % d’alcool. Généralement, les triples ont des couleurs blondes ou dorées, mais cela n’est pas nécessairement le cas. Il existe également des triples aussi sombres que les « doubles ».

Et enfin, il y a aussi la bière « quadruple », qui atteint un pourcentage d’alcool de 10 % ou plus. En raison de la présence de plus de sucres, ces bières ont souvent un goût sucré ou assez complexe. Ce sont donc des bières que vous devriez savourer avec modération.


10. La plupart des bières sont destinées à être consommées le plus rapidement possible

Deux bouteilles de bière sonnent l'une contre l'autre avec le soleil couchant à l'arrière-plan.
(Pixabay)

Les amateurs de vin ont généralement une cave avec des bouteilles de quelques années, voire de plusieurs dizaines d’années. C’est un peu plus difficile avec de la bière. Il existe des types de bières que l’on peut conserver pendant un certain temps et qui vont encore évoluer dans la bouteille, mais la majorité d’entre elles sont destinées à être bues le plus rapidement possible. La pils et la bière blanche doivent en fait être consommées dans les six mois, et il est préférable de boire des bières blondes et brunes (triples, doubles, stout) dans l’année.

Les bières riches en houblon, telles que les IPA, devraient également être consommées dans les six mois. Les bières ne seront certainement pas mauvaises, mais elles perdront leur arôme de houblon. Vous pouvez conserver des bières plus lourdes à la cave pendant quelques années. Assurez-vous que les bières ne soient pas exposées au soleil. La gueuze, la kriek et la vieille brune (oud bruin) sont des bières au goût acidulé que vous pouvez conserver pendant au moins dix à vingt ans. Et lorsque des levures sauvages sont ajoutées au brassin, la bière fermente encore dans la bouteille. Bien sûr, vous pouvez la boire tout de suite, mais après quelques années, le goût devrait avoir évolué de façon intéressante.


11. Le nom ‘India Pale Ale’ vient des colons anglais

Une plante avec de nombreux cônes de houblon vert.
(Pixabay)

IPA est un style de bière très populaire depuis quelques années maintenant. L’abréviation signifie « India Pale Ale », mais cela ne signifie pas que ce type de bière ait été inventé en Inde. Les soldats et les civils anglais devaient souvent faire de longs voyages en bateau pendant la période des colonies et de grandes quantités de bière devenaient mauvaises pendant ces voyages. Cependant, les Anglais savaient déjà que les bières plus fortes se conservaient plus longtemps et que l’ajout de houblon pouvait également prolonger la durée de conservation.

Bien que l’histoire n’ait jamais pu être officiellement confirmée, cela aurait donné naissance à l’expression  » India Pale Ale  » pour des bières riches en houblon. De plus, la « porter », encore un style de bière britannique typique, aurait également été communément transportée vers les colonies en Inde.


12. 7,5 millions de litres de bière sont bues lors de l’Oktoberfest à Munich

De grandes pintes de bière sont fournies par une femme en costume bavarois.
(EPA)

On pourrait la qualifier de plus grosse fête de la bière du monde, mais l’Oktoberfest à Munich est un véritable phénomène dans le monde de la bière. Environ 7,5 millions de litres de bière sont bues pendant environ deux semaines. C’est plus d’un demi million de litres par jour. Plus de six millions de personnes assistent à cet événement qui commence généralement au cours de la dernière semaine de septembre. Bien sûr, il y a aussi beaucoup de touristes.


13. En Allemagne, de nombreuses bières sont brassées selon le ‘Reinheitsgebot’

Un timbre représente deux brasseurs qui brassent selon le Reinheitsgebot.
(Wikimedia Commons)

Lorsque vous achetez une bouteille de bière en Allemagne, vous pouvez parfois voir sur l’étiquette que la bière est brassée conformément au Reinheitsgebot. Il s’agit d’un règlement qui a été introduit pour la première fois au XVIe siècle. Il impose à la bière de ne contenir que de l’orge, de l’eau et du houblon. Les herbes et les fruits sont donc exclus.

La loi visait à l’origine à garantir que le blé et le seigle ne soient pas utilisés pour la bière, ces grains devant servir à la production de pain. D’autre part, c’était également un moyen de protéger le marché allemand contre les importations, car de nombreuses bières étrangères ne sont pas brassées conformément à ce commandement. La loi s’est répandue dans toute l’Allemagne au début du XXe siècle, jusqu’à l’intervention de la Cour européenne dans les années 1980.

Le célèbre «Weizenbier», composé à 50% de blé, fait exception à la règle. Bien que cette bière était à l’origine un privilège du duc. Notre bière blanche belge en dérive, même si ce n’est pas la même chose. Les Allemands n’étaient autorisés qu’à utiliser que des céréales, du houblon et de l’eau, tandis que les Belges utilisent souvent du blé non malté associé à des ingrédients tels que la coriandre ou l’orange. Cela explique aussi la différence de goût.


14. Les ventes de bière sans alcool continuent d’augmenter d’année en année

Quatre canettes de bière sans alcool.
(Pixabay)

Bien que la consommation de bière en Belgique n’ait pas augmenté depuis des années, on y vend davantage de bière sans alcool. Selon les chiffres du SPF Finances, près de 24 millions de litres de bière sans alcool ont été déclarés à la vente en 2018. Il y a cinq ans, le compteur affichait seulement 8,6 millions de litres. La demande de bière sans alcool augmente également dans d’autres pays.

En Allemagne, les ventes ont augmenté de 13 % l’année dernière. Bien sûr, il ne faut pas chercher loin pour trouver des explications à ce phénomène. Elles vont de l’intensification des contrôles routiers à la tendance vers un mode de vie plus sain. Mais selon Marc Oliver Huhnholze, porte-parole du syndicat brassicole allemand, la nécessité n’est plus la seule explication. « La qualité des bières sans alcool s’est considérablement améliorée. Les consommateurs pensaient que ces boissons avaient peu de goût et d’épices. »

Outre les bières sans alcool, il existe également plus de bières à très faible teneur en alcool sur le marché. De nombreuses brasseries artisanales s’efforcent également d’élaborer des produits contenant le moins d’alcool possible.


15. La part des brasseries artisanales augmente régulièrement

Un brasseur agite sa bouilloire.
(Pixabay)

Malgré les énormes quantités de bière produites par les principaux acteurs, la part des brasseries artisanales sur le marché augmente. Aux États-Unis, la bière des brasseries non industrielles représentait déjà 12,7 % du marché total l’année dernière.

À la fin de 2017, plus de 6 300 brasseries artisanales étaient déjà actives aux États-Unis. 2500 nouvelles brasseries pourraient certainement être ajoutées dans les années à venir. Le nombre de brasseries dans notre pays est également en augmentation en raison de la montée de la « bière artisanale ».


16. La culture de la bière belge est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO

Une grande quantité de bouteilles de bière belge sur une grille.
(Pixabay)

Bien que le reste du monde n’a jamais autant pris goût à la bière, celle-ci conservera pour toujours un lien privilégié avec la Belgique. Il y a quelques années, notre culture de la cervoise a été déclarée site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’agit d’un patrimoine immatériel, ce qui montre bien l’importance historique de la bière dans notre petit pays.

La Belgique restera donc toujours au centre du monde de la bière. Cela est également attesté par le fait que de nombreux brasseurs étrangers indiquent sur leurs étiquettes qu’ils ont brassé de la « Belgian Style Beer ». Une bière au goût belge, quoi que cela veuille dire…

Tags
Show More
Close
Close