LifestyleTravel & food

14 choses à savoir sur le Tour de France

Le Tour de France de 2019 commence à Bruxelles. Ce sera un hommage à Eddy Merckx, notre fierté nationale qui a remporté le Tour de France cinq fois. Depuis 1903, le Tour est devenu l’une des compétitions sportives les plus controversées au monde. Voici 14 choses que vous devez savoir sur le Tour de France.

1. L’organisateur du Tour est responsable de dizaines d’autres compétitions sportives

Un chariot monte avec un nuage de poussière sur une dune dans le désert pendant le rallye Dakar.
(EPA)

A.S.O. – Amaury Sport Organization – est, outre le Tour de France, l’organisateur de nombreux autres événements sportifs. En cyclisme, ils sont également responsables des Paris-Roubaix, Paris-Nice, Liège-Bastogne-Liège et de la flèche wallonne. Le Rallye Dakar est également une compétition de l’A.S.O. L’organisation est également active en athlétisme, golf et sports équestres.

A.S.O. fait partie du groupe de presse français E.P.A., qui possède les journaux l’Equipe et Le Parisien.


2. Environ 12 millions de fans se tiennent au bord de la route

Les supporters encouragent les cyclistes de passage pendant le Tour de France.
(EPA)

Contrairement à la plupart des autres événements sportifs de ce calibre, le Tour de France est gratuit pour les fans. En effet, les spectateurs peuvent simplement prendre leur place le long de la route. L’organisation du Tour estime qu’ils sont 10 à 12 millions chaque année, répartis sur trois semaines. De plus, ces fans viennent d’au moins 40 pays différents. Deux spectateurs sur trois sont des hommes. Sur l’ensemble du parcours, 99 % des routes sont gratuites pour les fans.

En outre, environ 3,5 milliards de personnes suivent le Tour à la télévision, et la course est retransmise dans au moins 190 pays.


3. Les voitures publicitaires forment une caravane de 20 kilomètres

Une voiture publicitaire jaune mène une longue caravane pendant le Tour de France.
(EPA)

Pour beaucoup de spectateurs, le passage des voitures publicitaires est déjà un moment fort. Même avant que les cyclistes ne passent, ils assistent à un défilé de 20 kilomètres de long qui dure environ 45 minutes. Des millions d’articles gratuits sont jetés dans le public au cours de la procession. Le défilé comprend environ 160 voitures décorées et les annonceurs sont prêts à payer jusqu’à un demi-million d’euros pour une place dans cette caravane.


4. Des centaines de villes se disputent le début ou l’arrivée d’une étape

L
(EPA)

Des centaines de villes et de villages postulent chaque année pour organiser le départ ou l’arrivée d’une étape. Outre Paris, Bordeaux a accueilli la plupart des étapes. 80 départs ou arrivées d’étape ont eu lieu ici. Les autres villes qui reviennent fréquemment sont Pau (70), Bagnéres-de-Luchon (60), Metz (40), Grenoble (39) et Marseille (36). En 2019, seul Pau ajoutera une autre étape.

Organiser le départ ou l’arrivée d’une étape coûte bien sûr de l’argent à la ville. Cela va en moyenne de 50 000 à 100 000 euros.


5. Jusqu’en 1950, le Tour de France partait toujours de Paris

Le maillot jaune suivi du peloton parcourt l
(EPA)

L’arrivée du Tour de France se fait traditionnellement à Paris, mais jusqu’en 1950, la course commençait également dans la capitale française. Depuis lors, ce qu’on appelle le «Grand Départ» a été attribué à une autre ville chaque année, et très souvent, ce départ n’a même pas lieu en France. La toute première ville étrangère d’où le Tour est parti a été Amsterdam en 1954. Le premier départ du Tour à Bruxelles remonte à 1958.

La course commence généralement sur le territoire français ou dans un pays limitrophe français. Le début le plus exotique à ce jour a été la capitale irlandaise, Dublin, en 1998. En 2007, Londres a été le lieu de départ du Tour. En 2019, ce sera à nouveau Bruxelles. Et en 2021, le Tour effectuera un déplacement remarquable… dans la capitale danoise, Copenhague. Une telle organisation peut facilement coûter quelques millions d’euros à la ville hôte, mais elle est généralement rentabilisée par une activité touristique supplémentaire en été.


6. Quelque 2 500 journalistes couvrent le Tour de France

Les journalistes interviewent un cycliste.
(EPA)

Après les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de Football, le Tour de France est l’événement sportif le plus couvert au monde. Environ 600 titres de médias y sont représentés, ce qui correspond à près de 2 500 journalistes. Pour que tout se passe bien, au moins 14 000 gendarmes sont déployés.


7. Le vainqueur du Tour de France recevra un demi-million d’euros

Geraint Thomas monte sur le podium en tant que vainqueur du Tour de France.
(EPA)

Bien entendu, les gains du Tour ont également fortement augmenté au fil des ans. L’année dernière, le gagnant, Geraint Thomas, avait reçu un demi-million d’euros. Le Hollandais Tom Dumoulin a également reçu 200 000 euros pour sa deuxième place et Chris Froome 100 000 euros pour la troisième place. Le premier Belge du classement, Greg Van Avermaet (28ème), a dû se contenter de 1 000 euros.

Le maillot vert de Peter Sagan a été récompensé de 25 000 euros à Paris et le même montant a aussi été réservé à Julian Alaphilippe pour le maillot à pois. Tout cycliste qui a franchi le premier la ligne d’arrivée d’une étape a reçu 11 000 euros, un montant que Peter Sagan a reçu trois fois.


8. Le premier Tour de France ne comptait que six étapes

Les coureurs du premier Tour de France à côté d’une affiche.

En 1903, le Tour de France était bien sûr loin de l’événement sportif qu’il est aujourd’hui. À l’époque, les 60 participants n’avaient qu’à parcourir six étapes. Cependant, ils devaient être de très bons coureurs, et devaient parfois pédaler pendant 18 heures, jour et nuit, par tous les temps. D’abord de Paris à Lyon, puis à Marseille, puis à Toulouse, et via Bordeaux à Nantes. Pour enfin rentrer à Paris.

Ils parcouraient 2 300 kilomètres au cours de ces six étapes. Le premier vainqueur a été le Français Maurice Garin. Il aurait également pu remporter le Tour en 1904 s’il n’avait pas terminé une partie du parcours en train. Déjà lors du deuxième Tour, le vainqueur final a été éliminé après la course.


9. La Belgique est le deuxième pays le plus performant du Tour

Eddy Merckx fait des vagues à travers le toit d
(EPA)

C’est en 1976 qu’un premier cycliste belge a remporté le Tour de France. Cependant, nous avions déjà excellé auparavant, faisant de la Belgique le deuxième pays le plus titré du Tour. Nous avons déjà livré le vainqueur final 18 fois, seule la France fait mieux avec 36 victoires. L’Espagne (12) et l’Italie (10) sont plus en retard. L’Angleterre a également eu beaucoup de succès ces dernières années .

Eddy Merckx est toujours le cycliste le plus populaire du Tour. Il a remporté 34 courses, ce qui lui a également valu un nombre record de 96 maillots jaunes. Aucun cycliste actif ne s’en approche.


10. La couleur du maillot jaune provient d’un organisateur ancien

Le premier pull jaune s
(EPA)

Le maillot jaune est un nom familier, et personne ne songe à changer la couleur légendaire du leader du Tour de France. Mais d’où vient ce jaune? Cela n’a rien à voir avec les couleurs françaises, ni avec les tournesols ou le soleil en juillet. Le jaune était tout simplement la couleur de L’Auto, un magazine qui organisait le Tour lorsque le maillot a été introduit en 1919.


11. Les cyclistes ont gagné par une marge de 8 secondes à 3 heures

Laurent Fignon a perdu le Tour avec la moindre différence: 8 secondes.
(EPA)

Le vainqueur du Tour de France a généralement quelques minutes d’avance au classement général à son arrivée sur les Champs-Élysées. Mais ces différences ont été parfois très ténues ou particulièrement importantes. Lors du tout premier Tour, Maurice Garin avait 2 heures 59 minutes et 21 secondes d’avance. La plus petite différence remonte à 1986, lorsque l’Américain Greg LeMond n’avait qu’une avance de 8 secondes sur Laurent Fignon.


12. Un cycliste brûle environ 6 000 calories par trajet

Jan Ullrich est épuisé à bicyclette alors qu
(EPA)

Certaines étapes sont un peu plus difficiles que d’autres, mais en moyenne, un cycliste brûlerait au moins 6 000 calories au cours d’une étape du Tour de France. Dans les montagnes, cela monte à 8 000 calories. Une personne normale brûle trois fois moins de calories par jour. Pour compenser cela, les coureurs doivent également consommer des barres et des gels énergétiques pendant la course. Sur une période de trois semaines, les coureurs brûleront plus de 120 000 calories.


13. Fumer et boire était autrefois normal sur le Tour de France

Les cyclistes fument une cigarette pendant le Tour de France.
(Wikimedia Commons)

Aujourd’hui, le sport est réservé aux coureurs professionnels, mais dans les premières années du Tour, les choses étaient différentes. Pendant les longs trajets, les coureurs s’arrêtaient parfois en route pour boire un verre ou manger quelque chose. Henri Cornet, vainqueur de 1904, aurait bu pas moins de 11 litres de lait chocolaté, 4 litres de thé et de champagne lors de son tour.

Une autre coutume étrange lors des étapes de montagne était de fumer. Dans les années 1920, il n’était pas rare de voir un cycliste avec une cigarette passer. Ils espéraient que la fumée ouvrirait leurs poumons et que cela les aiderait à monter plus rapidement les côtes.


14. Trois coureurs ont perdu la vie lors du Tour de France

Une statue au sommet d
(Wikimedia Commons)

Le Tour de France a été fatal à trois cyclistes. En 1935, l’espagnol Francisco Cepada est tombé dans un ravin du Col du Galibier. En 1967, Tom Simpson s’est effondré à quelques kilomètres du sommet de l’Alpe d’Huez après une crise cardiaque, conséquence du dopage et de la chaleur extrême pendant la course. Et en 1995, Fabio Casartelli a fait une chute fatale sur un poteau en béton.

Tags
Show More

Express devient Business AM

Close
Close