« La révolution Trump »: le peuple est fou de rage

« Vous avez utilisé tellement d’encre à essayer de nous convaincre que Donald Trump n’est pas fait pour cette fonction [de président] (« Time to fire him », du 27 février). Pensez-vous que le type de personnes qui lit votre publication érudite envisagerait de voter pour lui ? Probablement pas », écrit le lecteur Mark Kraschel, de Portland, dans l’Oregon (USA), au courrier des lecteurs de The Economist.

« Vous avez utilisé tellement d’encre à essayer de nous convaincre que Donald Trump n’est pas fait pour cette fonction [de président] (« Time to fire him », du 27 février). Pensez-vous que le type de personnes qui lit votre publication érudite envisagerait de voter pour lui ? Probablement pas », écrit le lecteur Mark Kraschel, de Portland, dans l’Oregon (USA), au courrier des lecteurs de The Economist.

« Les personnes qui voteront pour « Le Donald » sont des gens amers et désœuvrés que le dernier candidat pour lequel vous nous avez passionnément supplié de voter -Barak Obama- a dénigrés durant sa campagne. La vie n’a pas été facile pour ces mêmes personnes désœuvrées ces huit dernières années et, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, elles sont folles de rage.Le gouvernement ne fait rien pour nous. Il y a peu de bons emplois, nous sommes embourbés avec un système de soins de santé qui est une vraie plaisanterie, le peu de droits dont nous jouissons encore sont menacés et l’avenir de nos enfants semble sombre.

Révolution

Nous n’avons pas le pouvoir de fomenter une révolution, tout en menant de front deux emplois à temps partiel pour arriver à joindre les deux bouts, donc, tout ce que nous pouvons faire est d’émettre une protestation contre le cauchemar digne de Dickens que les élites ont créées pour nous en votant. Apparemment, personne n’a écouté (Républicains ou Démocrates) ce que nous essayions de dire en 2012. Quand viendra novembre, vous entendrez à nouveau parler de nous, haut et fort. » 

Show More

Express devient Business AM

Close
Close