‘Imaginez un milliard de personnes se dirigeant toutes vers le Nord’


Regardez combien de pays en Afrique, par exemple, dépendent des recettes des exportations du pétrole. Maintenant, imaginez un milliard d’habitants, imaginez qu’ils se dirigent tous vers le Nord”.

Cette déclaration, c’est celle de Klaus Schwab, le président du  Forum économique mondial (World Economic Forum, “WEF”), dont la 46e édition se tient cette semaine comme chaque année, à Davos, en Suisse. Dans une interview accordée à Bloomberg, il estime que la chute des prix du pétrole provoque une crise dans les pays en développement qui pourrait être à l’origine d’une crise de l’immigration sans commune mesure avec celle que nous vivons actuellement. Ainsi, alors que tous les analystes ont tendance à se concentrer sur les conséquences économiques de l’éffondrement des cours du pétrole, il recommande de s’inquiéter des perturbations sociales qu’elles risquent d’induire pour l’ensemble du monde.

Schwab pense que nous vivons désormais dans une “ère de conséquences inattendues”, et qu’il est de plus en plus difficile de prévoir les conséquences des décisions prises par les dirigeants, ce qui a mené à “une érosion de la confiance dans les législateurs”. De nos jours, les citoyens ordinaires sont dépassés par la complexité et la rapidité des évolutions politiques mais aussi technologiques, et ce sentiment alimente la montée en puissance de politiciens populistes, qui puisent dans le répertoire de la xénophobie et de l’angoisse. “Nous devons restaurer le sentiment que nous sommes dans le même bateau”, préconise Schwab.

Cette année, le thème du WEF est la Quatrième Révolution, définie par “une fusion de technologies qui brouillent les lignes entre les sphères physique, numérique et biologique”. Schwab a rappelé que cette ère présentait des opportunités, mais aussi des menaces, puisque le progrès technologique devrait provoquer la destruction de 20 millions d’emplois dans les prochaines années, et que ces suppressions d’emplois risquent d’éroder la classe moyenne, “un pilier de nos démocraties”.

 

Show More

Express devient Business AM

Close
Close