Un constructeur de trains chinois signe pour la première fois un contrat dans UE

Pour la première fois, un constructeur de trains chinois a signé un accord de vente de trains à grande vitesse avec un Etat membre de l’UE, a annoncé l’agence Xinhuanet.

Leo Express, la troisième plus grande compagnie de chemins de fer de la République tchèque, a signé un accord avec la société CCRR Zhuzhou Locomotive Co. Ltd. pour la vente de trois rames à unités électriques multiples (UEM) pour un montant de 20 millions d’euros. Ces trains sont capables d’atteindre une vitesse de 160 km/h. L’accord comprend également des pièces de rechange, des équipements d’essai ainsi que des séances de formation.

Le premier train chinois devrait être livré à la République tchèque à la mi-2018.

L’UE dispose de normes strictes en ce qui concerne la sécurité et la fiabilité des trains et la vente à la République tchèque représente la reconnaissance du marché international des fabricants chinois, a déclaré Liao Hongtao, vice-directeur général de CRRC Zhuzhou Locomotive Co. Ltd. Leo Express a l’intention d’acquérir 30 UEM supplémentaires dans les trois prochaines années.

En 2014, CCRR Zhuzhou avait déjà vendu une rame de ce type de train à la Macédoine.

Protectionnisme

De nombreux pays de l’UE voient cette vente d’un mauvais œil. Le secrétaire d’Etat à l’industrie, Christophe Sirugue, avait plaidé plus tôt dans le mois pour la mise en œuvre de règles rendant obligatoires la production en Europe des trains circulant dans l’UE.  De cette manière, les fabricants européens seraient protégés (en particulier le Français Alstom et l’Allemand Siemens) contre la concurrence venant d’en-dehors de l’UE.

Les trains chinois seront déployés par Leo Express en République tchèque et en Pologne.

Show More
Close
Close