Cover image

© iStock

Lifestyle

Harcèlement au travail: que devez-vous faire?

Le harcèlement arrive bien plus souvent que l'on ne pense dans le monde du travail. Voici quelques conseils pour le repérer et y faire face.

De nombreux travailleurs sont malheureusement confrontés au moins une fois dans leur carrière à un harceleur. Saviez-vous d'ailleurs qu'un Belge sur trois est victime de harcèlement sur son lieu de travail? Et les conséquences d'un harcèlement peuvent être dévastatrices: perte de confiance en soi, baisse des performances, dépression, stress, angoisse, troubles psychologiques... Nous allons vous aider à l'identifier si vous vous trouvez dans une situation de harcèlement, et surtout vous donner des pistes afin de réagir au mieux face à votre harceleur.

Le profil du harceleur

Le harceleur est souvent quelqu'un qui a un problème au niveau de son identité professionnelle. Soit, il est frustré car il occupe une place au sein de la hiérarchie qui ne lui convient pas et qu'il avait des attentes supérieures, et il rejette alors sur vous toute sa colère. Soit, il a une fonction qu'il n'arrive pas à exercer correctement à cause d'un manque de compétences (voici d'ailleurs comment reconnaître facilement un manager incompétent), il va alors vous accabler en vous donnant des missions qui ne correspondent pas à votre fonction, mais plutôt à la sienne, et en rejetant sur vous ses propres erreurs. Le harceleur peut également être quelqu'un qui lui-même a été harcelé et qui reproduit alors le mécanisme qu'il a subi. 

Généralement un harceleur se montre aussi très menaçant, mais met rarement à exécution ses menaces car il a besoin de vous: c'est le principe du "Je place en toi ce que je n'aime pas en moi, et en te détruisant je m'en débarrasse". Il n'a donc aucun intérêt à vous évincer de la société même s'il vous fait croire le contraire.

Il y a également d'autres caractéristiques qui vous permettront de le reconnaître: il mélange vie privée et vie professionnelle et il n'hésite pas à vous faire des remarques sur votre famille, vos vacances, votre apparence physique... Autre fait remarquable, le harceleur ne reconnaît jamais avoir tort. Il retourne toujours la situation afin de démontrer que c'est vous qui avez mal agi et que tout est de votre faute. Il cherche également toujours un bouc émissaire afin de lui faire endosser toutes ses erreurs et retourne toujours la situation à son avantage.

Ces quelques critères devraient vous permettre de débusquer la personne qui vous harcèle. Et une fois que vous l'avez identifiée, voici comment vous pouvez procéder pour essayer d'améliorer la situation:

© iStock

1. Prenez du recul

Si vous subissez un harcèlement moral de la part de votre employeur, votre manager ou même un de vos collègues, la première chose à faire est de prendre du recul. Cela va vous permettre de vous protéger et de revoir la situation calmement. Analysez tous les éléments que vous avez en votre possession pour déterminer s'il s'agit de harcèlement ou plutôt d'une relation de travail difficile.

Remémorez-vous les échanges verbaux et écrits que vous avez eus avec cette personne, la manière dont elle vous interpelle ou vous répond. Analysez également les non-dits et les petites phrases assassines... Cela vous permettra de faire la part des choses et d'identifier le problème précisément avant d'agir.

2. Restez impassible

Ce qu'il ne faut surtout pas faire avec un harceleur, c'est rentrer dans son jeu. Même s'il vous provoque, vous ne devez pas réagir car il n'attend que ça. Essayez de rester aussi impassible que possible, même si cela est très difficile. Ne répondez pas à ses attaques et laissez-le jouer son jeu tout seul, sans le nourrir.

L'idéal est d'arriver à ne pas montrer l'emprise qu'il a sur vous car s'il la voit, il va continuer à vous harceler d'autant plus. Gardez le sourire, répondez ironiquement, faites des blagues... ne lui laissez pas percevoir que ses actes et ses paroles vous atteignent. Si vous parvenez à rester de marbre, il est possible que votre harceleur se décourage et finisse par vous laisser tranquille.

Les poupées vaudou seraient également un très bon moyen d'exorciser toute votre colère: les experts estiment qu'au lieu de laisser les travailleurs ruminer les mauvais traitements encourus par leurs supérieurs, il serait préférable de les autoriser à libérer leur colère sur des poupées vaudou représentant les patrons.

3. Continuez à bien faire votre travail

Il est très important de continuer à faire votre travail de manière irréprochable. Essayez de ne pas vous laisser déstabiliser. (Lisez aussi nos conseils pour avoir un mental d'acier au boulot). Si vous avez été engagé au sein de l'entreprise, c'est parce que vous faites du bon boulot et que vous avez de nombreuses qualités professionnelles même si votre harceleur vous fait passer le message inverse. Il essaye de vous pousser à la faute afin d'avoir une corde de plus à son arc pour vous critiquer.

Bien sûr, cela va être très difficile psychologiquement, mais vous ne devez pas le laisser affecter vos performances. Mettez également des limites au niveau de la charge de travail qu'il vous donne si elle vous semble trop importante, afin de de ne pas tomber dans un burn-out. Et si il vous demande des tâches sans vous donner tous les éléments pour les réaliser, revenez vers lui poliment en lui demandant les documents.

Vous devez aussi être vigilant au niveau des échanges que vous avez avec le harceleur, car en cas de problème ce sera sa parole contre la vôtre. Donc, préférez les e-mails aux appels téléphoniques qui ne sont pas enregistrés. Notifiez tout ce qu'il vous dit ou demande oralement par écrit et demandez-lui d'approuver. De cette manière, vous aurez une trace de tous vos échanges et vous serez plus en sécurité.

© iStock

4. Discutez posément avec le harceleur

Si malgré votre attitude impassible le harcèlement se poursuit, il est temps d'avoir une discussion avec votre harceleur. Évitez de le confronter directement avec ses actes ou ses paroles abusives, mais faites-lui gentiment comprendre que vous n'êtes pas dupe et que vous avez compris son petit jeu.

Un harceleur qui se sait démasqué a souvent tendance à faire marche arrière. Présentez la situation de manière très factuelle en essayant de rester le plus objectif possible et en n'hésitant pas à faire appel aux différentes preuves écrites que vous avez collectées. S'il est au pied du mur, il arrêtera peut-être de vous persécuter et battra en retrait.

5. Informez l'organisation

Si malheureusement votre impassibilité ainsi que votre confrontation ne portent pas leurs fruits, vous allez devoir passer à l'étape supérieure. Vous ne pourrez pas régler le problème avec votre harceleur sans aide extérieure. Il est donc temps d'informer la hiérarchie ou les ressources humaines de votre entreprise. Demandez-leur un rendez-vous afin de discuter du problème avec votre manager ou votre collègue. Mais évitez de prononcer ou d'écrire directement dans l'objet du mail le mot harcèlement.

Une fois au rendez-vous, essayez d'expliquer le problème posément en restant très objectif. Vous devez rester calme et ne pas vous emporter, cela pourrait desservir vos propos. N'hésitez pas à monter un dossier préalablement, avec toutes les preuves écrites que vous aurez collectées, afin de prouver votre bonne foi, et surtout que la personne en face de vous puisse se rendre compte de la situation et de l'urgence de réagir. (Nous avons également d'autres conseils que vous pouvez appliquer pour améliorer l'ambiance au travail si vous le souhaitez).

6. Quittez votre poste

Si votre hiérarchie ou le service des ressources humaines ne sont pas décidés à agir et protègent votre harceleur alors il est temps pour vous de commencer à envisager de quitter votre poste (lisez aussi les autres signes qui devraient vous alerter qu'il est temps de quitter votre job). Votre santé est beaucoup plus importante que votre travail. Vous ne devez pas laisser un harceleur vous pousser à bout psychologiquement et même physiquement.

À la longue ses brimades et remarques injustifiées risquent de venir à terme de votre patience et de votre bonne volonté et commencer sérieusement à influer sur votre moral. Si vous sentez que vous êtes sur le chemin de la dépression ou du burn-out, vous devez quitter votre poste. Vous pourriez mettre votre santé en danger, mais également votre équilibre familial car la situation se reflète sans doute sur l'ambiance au sein de votre famille. 

Déjà lu?