Cover image

© iStock

Science

Réchauffement climatique: 10 villes qui risquent de disparaître

Si aucun effort n'est fait, le réchauffement climatique aura des conséquences dramatiques sur notre planète. Voici 10 villes qui pourraient disparaître.

Certains parlent de "fake news" au moment d'évoquer le réchauffement climatique. Mais c'est une réalité qui a déjà été prouvée par de nombreuses études scientifiques, que cela plaise ou non. La grande majorité des pays dans le monde sont conscients qu'il faut agir.

Un objectif clair a été fixé lors de la COP21 en 2015 à Paris: l'ambition est de stabiliser le réchauffement climatique dû aux activités humaines en dessous de 2 degrés d'ici 2100 et de faire tous les efforts possibles pour atteindre l'objectif de 1,5 degré maximum durant ce laps de temps. Donald Trump, climatosceptique assumé, a néanmoins décidé de retirer les États-Unis de cet accord en 2017.

Les océans vont quand même monter

L'une des dernières études scientifiques réalisées n'est pourtant pas vraiment rassurante. Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) s'est intéressé aux multiples conséquences du réchauffement climatique dans plusieurs cas de figure. Si les pays parvenaient à atteindre l'objectif fixé de moins de 2 degrés de réchauffement climatique, les océans continueraient quand même à monter: "Nous estimons le niveau d'élévation moyen des mers entre 0,7 et 1,2 m si l'on maintient zéro émission nette de gaz à effet de serre jusqu'en 2300", selon le GIEC, peu optimiste pour l'avenir.

"La stabilisation de la température en-dessous des 2 degrés Celsius est insuffisante pour maintenir le niveau moyen d'élévation des mers jusqu'en 2300 en-dessous d'1m50. Le niveau des mers continuera à monter jusqu'en 2300, et au-delà même dans les scénarios où l'on atteint le zéro émission de gaz à effet de serre dans la seconde moitié du 21e siècle", ajoute le GIEC.

La montée des eaux due au réchauffement climatique est la principale menace qui guette des dizaines de villes à travers le monde. Les réfugiés climatiques pourraient se multiplier dans les années à venir, en raison de la disparition de leur zone d’habitation. D'ici 2050, 250 millions de personnes pourraient être ainsi forcées de s'exiler à cause du climat selon l'ONU. Voici 10 des villes qui pourraient disparaître dans le futur à cause du réchauffement climatique. A savoir: ceci est une liste non-exhaustive et des dizaines d'autres villes sont aussi menacées partout dans le monde. En Belgique, Bruges ou Ostende sont aussi sous la menace, mais pas d'une disparition entière.

1. San Francisco (États-Unis)

© iStock

La Californie est l'un des États des États-Unis les plus exposés aux risques du réchauffement climatique. Et la ville de San Francisco est même considérée comme "un cauchemar" en raison de sa situation géographique. Située à la pointe d'une péninsule, la ville est exposée de tous les côtés à la montée des eaux. Si les prédictions catastrophiques des scientifiques se réalisent dans le futur, des centaines de milliers d'habitants seraient exposés rapidement à la montée des eaux et devraient abandonner leurs maisons.

D'ici 2100, la majeure partie de la Baie de San Francisco se retrouverait ainsi sous les eaux à en croire des scientifiques cités par le NY Times, graphiques à l'appui. Le célèbre Golden Gate deviendrait clairement inutile... Outre la montée des eaux, San Francisco est aussi situé dans une zone sismologique à risques: des études ont déjà pointé du doigt le lien entre le réchauffement climatique et l'augmentation du nombre de séismes, même si les avis divergent encore à ce sujet. Il n'empêche que l'augmentation du nombre de séismes, si elle se confirme, mettrait un peu plus San Francisco en danger à l'avenir...

La Californie, l'Oregon et l’État de Washington, qui sont sous la menace des conséquences du réchauffement climatique, ont déjà critiqué les décisions prises par Donald Trump, qui ne fait rien pour lutter efficacement contre ce danger. Sans résultat pour l'instant...

2. Venise (Italie)

© iStock

Les risques encourus par Venise sont connus depuis des années et sont régulièrement soulignés. "Profitez de Venise, ses gondoles et ses canaux tant que c'est encore possible", rappellent souvent les médias. Car oui, l'une des destinations les plus connues et prisées des touristes est en danger et va disparaître, c'est acté.

"La question n'est pas de savoir si cela arrivera, mais simplement quand", selon l'Unesco. "Le phénomène des hautes eaux est une menace pour l'intégrité des valeurs culturelles, environnementales et paysagères. L'apparition d'eaux exceptionnellement hautes constitue une menace importante pour la protection et l'intégrité de la lagune de Venise et les établissements historiques", ajoute l'instance de l'ONU. 

La ville a engagé des sommes considérables dans le projet MOSE (acronyme italien de "Module Expérimental Electromécanique"), pour se mettre à l'abri de cette montée des eaux grâce à un système de 79 digues. Le coût? 5,5 milliards d'euros. Sauf que le projet est enlisé depuis des années et accuse un sérieux retard, en plus de coûts supplémentaires et imprévus... A ce rythme, impossible de savoir quand il sera fini.

3. Bangkok (Thaïlande)

© iStock

L'avenir de la capitale thaïlandaise inquiète depuis des années déjà. Un premier signal d'alarme a été tiré en 2011, avec des inondations qui avaient fait des centaines de morts. Et le futur n'est pas plus brillant. Selon un rapport publié par la Banque mondiale en 2013, "la conjugaison d’une élévation de 15 centimètres des eaux et de cyclones plus intenses menace d’inonder une bonne partie de Bangkok à l’horizon des années 2030". 

Pour la Banque mondiale, Bangkok (qui compte plus de 10 millions d'habitants) est l'une des mégalopoles les plus à risque face au réchauffement climatique. La ville a été bâtie à 1,50 mètre à peine au-dessus du niveau de la mer, en zone marécageuse, et s'enfonce lentement dans le sol à cause de ses gratte-ciel et de l'épuisement de ses nappes phréatiques. Des mesures ont été prises, mais elles n'ont pas stoppé cet "enfoncement" dans le sol, le ralentissant seulement pour le réduire à quelques centimètres par an.

"Sans politique d'adaptation, il est estimé que la superficie inondable de Bangkok, du fait des événements de précipitations extrêmes et de la hausse du niveau de la mer, sera de 40 % en cas d'une élévation du niveau de la mer de 15 centimètres", ajoute la Banque mondiale, évoquant toujours l'horizon 2030 pour ce scénario catastrophe.

4. Tombouctou (Mali)

© iStock

Tombouctou est confronté à une autre conséquence du réchauffement climatique: l'avancée du désert. Ce problème est pointé du doigt depuis des années, et les résultats des décisions prises lors des différents sommets sur le climat tardent à être visibles. Le désert gagnerait 6 centimètres par an actuellement. Ce qui a des conséquences directes sur la population: difficultés pour les agriculteurs, malnutrition, pauvreté... Il faut ajouter à cela des périodes de sécheresse de plus en plus longues.

"Tombouctou, situé dans la région du Sahel au nord du Mali, est, selon l'Unicef, sérieusement touché par les conséquences du changement climatique, les affluents du fleuve Niger s'étant asséchés en raison de la sécheresse et la plupart des terres sont maintenant arides et incapables de produire une récolte", expliquait en 2009 Ann M. Veneman, la directrice générale du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef). 

Aucune estimation quant à une date pour la disparition de Tombouctou n'a été réalisée. Mais l'un des joyaux de l'Afrique, confronté ces dernières années au problème du terrorisme, est en danger.

5. Amsterdam (Pays-Bas)

© iStock

Amsterdam serait l'une des villes européennes où les conséquences du réchauffement climatique seraient les plus dramatiques. En cause encore une fois, la montée des eaux. Sauf que la ville n'a pas l'intention de se laisser engloutir sans tenter d'agir. Au Amsterdam Metropolitan Solutions, un institut qui cherche des solutions aux problèmes urbains, de nombreux dossiers concernent la lutte contre les effets du réchauffement climatique (comme la création d'un dispositif d'alerte par exemple). La plus grande digue du pays, longue de 32 km et située au nord d'Amsterdam, va aussi être rehaussée et renforcée, pour se préparer au mieux à la montée des eaux. Ce sont des idées et des exemples à suivre: le New York Times a récemment cité les Pays-Bas comme le pays à la pointe de la lutte contre la montée des eaux.

6. Miami (États-Unis) 

© iStock

Comme pour d'autres villes de cette étude, l'avenir de Miami semble scellé. "L'avenir de nombreuses villes dépend de nos choix en matière d'émissions de CO2 mais il semble qu'il soit déjà trop tard pour certaines d'entre elles selon notre analyse. Il est difficile d'imaginer comment nous pourrions protéger à long terme Miami", expliquait en 2015, Ben Strauss, auteur principal d'une étude publiée dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) et réalisée par l'ONG américaine Climate Central.

Sur son site, l'ONG propose un outil pour juger de l'impact du réchauffement climatique sur les villes côtières des Etats-Unis. Au même titre que la Californie ou la Louisiane et New York, l’État de Floride est l'un des plus menacés aux États-Unis par la montée des eaux due au réchauffement climatique. Selon le Guardian, près de 15 milliards de dollars (environ 12,8 milliards d'euros) de biens immobiliers côtiers de Miami pourraient être inondés d'ici... les 15 prochaines années.

Parmi les idées à l'étude pour mettre à l'abri la ville face à ce danger, il y a le rehaussement des routes, voire même l'abandon de certains quartiers "condamnés" face à l'augmentation du niveau de la mer. Mais le temps presse...

7. Alexandrie (Égypte) 

© iStock

Un rapport du GIEC, cité par le Guardian, explique que les plages d'Alexandrie seront inondées même si la montée des eaux parvient à être limitée à 0,5 m. Cela pousserait 8 millions de personnes à migrer. Et les conséquences seraient plus dramatiques si les températures augmentent de 3 degrés d'ici 2100 comme on le craint.

"Des études prouvent que notre ville est l'une de celles qui seront submergées d'ici 2070 si rien n'est fait", appuie Ahmed Hassan, de l'association Save Alexandria Initiative, toujours cité par le Guardian. Rendue populaire par son phare et Claude François, la ville égyptienne n'est que l'arbre qui cache la forêt, puisque c'est tout le delta du Nil qui est sous le menace de la montée des eaux...

8. Rio de Janeiro (Brésil)

© iStock

Les menaces qui pèsent sur la ville de Rio de Janeiro à cause du réchauffement climatique sont multiples, si on en croit le rapport Strategy for Adapting to Climate Change: montée des eaux, inondations, vagues de chaleur et glissements de terrains sont autant de risques encourus. Si la hausse des températures atteint les 3 degrés d'ici 2100, de nombreuses parties de la ville brésilienne seraient englouties par les eaux, notamment la célèbre plage de Copacabana, l'aéroport, ou encore des zones où ont eu lieu les Jeux olympiques en 2016. Un plan d'adaptation pour le changement climatique, élaboré avec des professeurs de l'université fédérale, a suggéré des stratégies pour faire face aux vulnérabilités dans des domaines tels que les transports, la santé et le logement. Mais les actes se font encore attendre...

9. Shanghai (Chine)

© iStock

Une montée des eaux pourrait entraîner le déplacement de près de 17,5 millions de personnes à Shanghai. Un chiffre qui donne le tournis. Une grande partie de la ville pourrait se retrouver sous l'eau si les températures augmentent de 3 degrés d'ici 2100, avec comme conséquence directe une montée du niveau des océans partout dans le monde. Selon un rapport publié dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences, la ville chinoise fait partie des villes les plus en danger, au même titre que Miami voire Londres.

Sauf que du côté de Shanghai, on se mobilise pour lutter contre ce funeste destin. "D'ici à 2050, le niveau de la mer à Shanghai aura augmenté de 10 à 20 cm. On a donc construit un mur sur toute la côte qui peut résister aux vagues et à un vent de force 12. On a aussi installé des digues le long du fleuve Huangpu, qui traverse la ville, afin de contenir les crues", a expliqué à France Info le directeur adjoint du centre de contrôle des inondations à Shanghai. La ville a investi plus de 5 milliards d'euros ces dernières années dans des projets pour anticiper les conséquences du réchauffement climatique.

10. Malé (Maldives)

© iStock

Nous citons ici Malé et les Maldives en général, mais ce sont plusieurs îles du Pacifique qui sont clairement en danger face au réchauffement climatique. Les Kiribati, les îles Marshall ou encore Tuvalu pourraient à terme disparaître. Certaines petites îles ont même déjà disparu dans cette partie du monde. Les Maldives avaient tiré le signal d'alarme dès 2009, alors que leur président récemment élu avait annoncé la création d'un fonds souverain destiné à acheter des terres dans les États voisins afin d'accueillir à terme les habitants des Maldives, dont les îles étaient vouées à disparaître. Un acte fort, afin de sensibiliser l'opinion internationale. Sauf que près de 10 ans plus tard, ce paradis touristique est toujours menacé et pourrait disparaître d'ici un siècle ou deux, voire même plus tôt: cette prévision tient si les eaux des océans continuent de ne grimper "que" de 3 mm par an...

A lire aussi