Cover image

© Pixabay

Economie

3 à 4% de tout l'argent du crime est converti en crypto-monnaies

Les revenus criminels doivent souvent être injectés au sein du marché monétaire régulier grâce au blanchiment d'argent. Les criminels ont pour cela recours à une kyrielle de tactiques. Toutefois, ils utilisent de plus en plus les monnaies virtuelles pour réaliser ces opérations.

Le crypto-blanchiment ne représente encore qu'une petite partie de l'ensemble de ces opérations. Mais les criminels sont attirés par les crypto-monnaies en raison de leur disponibilité mondiale, de la rapidité des transactions, de leur irréversibilité et de l'anonymat, explique Rob Wainwright, chef de l'agence de police européenne Europol.

Selon Wainwright, 3 à 4% des recettes criminelles annuelles du continent, soit 3 milliards 4 milliards de livres sterling (4,2 milliards à 5,6 milliards de dollars), sont actuellement cryptées. Le problème risque en outre de s'aggraver, estime Wainwright.

Avantages

Aux États-Unis, selon la Drug Enforcement Administration (DEA), les gangs internationaux ont également de plus en plus recours à l'argent virtuel. Selon l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, entre 800 milliards et 2 trillions de dollars d'argent illégal sont blanchis chaque année. Cette somme représente entre 2 et 5% du PIB mondial.

"Les criminels tentent de blanchir leurs revenus illégaux via des métaux précieux, des factures fictives, des casinos ou même en attachant l'argent à leur corps pour le transporter en avion dans d'autres lieux où les banques ne posent pas autant de questions. Cependant, aujourd'hui, il existe un nouveau détergent : les crypto-monnaies", explique The Economist.

Futur

"Il est possible par exemple de laver l'argent issu du trafic de drogue en le convertissant en crypto-monnaie, en le divisant en plus petites quantités et en le déplaçant dans la crypto-sphère via plusieurs devises virtuelles jusqu'à ce qu'il soit suffisamment propre pour être converti en argent ordinaire."

"Les autorités rattrapent lentement leur retard. Toutefois les blanchisseurs professionnels utilisent souvent des méthodes plus sophistiquées qui combinent à la fois des techniques anciennes et nouvelles pour échapper à la détection", explique Michael McGuire, criminologue à l'Université de Surrey.

"Coller 10.000 livres sur votre caleçon et prendre l'avion pour Zurich reste un moyen facile et courant de blanchir de l'argent. Mais les autorités redoublent d'efforts pour retirer cet argent du circuit et pour sévir contre les moyens de blanchiments, par conséquent le crypto-blanchiment pourrait être l'avenir."

Lire aussi