Cover image

© EPA

Politique

Les syndicats sont furieux contre le CEO de Bpost qui propose une mini-révolution de l'entreprise

Les syndicats sont révoltés contre le CEO de Bpost, Koen Van Gerven, qui propose de ne plus livrer tous les jours le courrier. Les syndicats socialistes et chrétiens perçoivent cette idée comme "irrespectueuse et scandaleuse". Le CD&V est sceptique vis-vis de cette proposition.  

Ce n'est pas la joie en ce moment chez Bpost. La part en bourse de la compagnie postale a chuté de près de 40% en quatre mois et le personnel est insatisfait.

Par exemple, les syndicats sont sortis des pourparlers avec le CEO Koen Van Gerven très mécontents. Le CEO et les syndicats se sont assis ensemble après qu'il ait annoncé que des centaines d'emplois seraient amenés à disparaître. 

Van Gerven remet en fait en question le système du courrier aujourd'hui, peut-on lire dans le journal l'Echo. Il prend le système du Danemark en tête. "Là-bas, chaque jour, il n’y a qu’un client par rue qui reçoit du courrier. Les facteurs ne traversent la rue que pour ceux qui veulent être livrés en un jour et qui paient davantage pour cela. (...) D’ici fin 2019, nous aurons mis en place notre politique de prix différenciée pour un envoi Jour + 1 ou un envoi Jour + 2 ou 3, a-t-il expliqué au Tijd

Les syndicats furieux

Les syndicats pensent que cette proposition est scandaleuse. "Que nous devions faire appel à la presse est incroyable", affirme Annick Boon de ACV-Transcom.

"Cela montre qu'il n'a aucun respect pour le personnel. Nos gens ont toujours peur de lire des articles sur Bpost, car à chaque nouveau message, ils deviennent plus inquiets. "

Le syndicat socialiste ACOD a aussi réagi. "Cela entraînerait un traitement inégal envers les citoyens", affirme Jean-Pierre Nyns, chef de poste à l'ACOD. "Que les gens plus riches seraient mieux servis, est contraire au service universel.". "Les masques tombent. Tandis que nous attendons une nouvelle rencontre, dit-il à la presse.  

Le CD&V sceptique

Le membre du CD&V Veli Yüksel a fait savoir qu'il ne pensait pas que la proposition de Van Gerven était bonne. 

"La loi postale stipule que le courrier doit être collecté et remis au moins cinq fois. Si nous abandonnons cela, les citoyens et les PME en seront victimes. Bpost ne peut pas abuser de sa position de monopole. "

"Il est temps que le ministre responsable Alexander De Croo (Open Vld) ait un entretien avec Van Gerven, mais aussi à propos de la réorganisation de l'entreprise". De Croo n'a pas encore réagi.

Déjà lu?