Cover image

© iStock

Politique

Un journal malaisien publie un guide pour mieux repérer les homosexuels

L'homosexualité est toujours illégale en Malaisie. Un homosexuel risque jusqu'à 20 ans de prison dans ce pays d'Asie. Alors, on peut souvent lire des articles homophobes dans les journaux malaisiens. C'est le cas du quotidien Sinar Harien qui a publié un guide pour mieux repérer les homosexuels. Évidemment, c'est bourré de clichés. 

Mais comment diable reconnaître un homosexuel en rue? C'est la question à laquelle le quotidien malaisien Sinar Harien a voulu répondre. Selon eux, les gays sont facilement reconnaissables grâce à leur pilosité faciale, leur amour pour le culturisme et les vêtements de marques. Les lesbiennes, elles, aiment se câliner en public, se tiennent la main et rabaissent les hommes dès qu'elles peuvent. En plus d'être affreusement caricatural, le papier est discriminant et stigmatisant.

Il n'a pas fallu longtemps pour que les principaux intéressés repèrent ce papier et le dénoncent sur les réseaux sociaux. Il faut oser car en Malaisie, l'homosexualité est passible de 20 ans de prison. Les pratiques homo étant considérées comme "contre-nature".

"Cela va coûter des vies"

Sur YouTube, un militant malaisien très populaire a décidé de réagir dans une vidéo. Selon Arwen Kumar (c'est son petit nom), cette liste du journal malaisien pourrait "coûter des vies". Il donne quelques conseils à la presse de son pays: "Si vous voulez vraiment éduquer les gens, alors expliquez leur les signes distinctifs des pédophiles, des agresseurs, des meurtriers, des kidnappeurs, des gens qui menacent vraiment la vie des autres."

Plutôt fort en humour, il ironise également sur l'islam, la religion numéro un en Malaisie: "Je connais beaucoup de religieux qui adorent les barbes. Voulez-vous dire qu'ils sont gays? Voilà à quel point c'est stupide." Une belle initiative de la part d'Arwen Kumar mais qui semble vaine tant le pays est hermétique à l'homosexualité. La preuve: l'année passée le pays a organisé un évènement pour prévenir l'homosexualité. 

Déjà lu?