A woman begs in the Rue Neuve, the main shopping street, in Brussels, Belgium, 02 January 2016, on the first day of new year Sales.

© EPA

Economie

Pourquoi le revenu universel de base est une hérésie

Des recherches menées par la Oxford Martin School ont conclu que jusqu’à 47 % des emplois américains, environ 40 % des emplois européens, et bien davantage dans les pays en développement comme la Chine pourraient être supprimés du fait de la robotisation au cours des 20 prochaines années.

Et il ne sera pas possible non plus de se consoler avec l’idée que ces destructions d’emplois s’accompagneront de créations d’emplois plus valorisants, comme c’était le cas lors des révolutions industrielles antérieures. Cette fois-ci, ce sera différent, car l’émergence de ces nouveaux emplois sera plus lente que la destruction des postes existants. En outre, très souvent, ces derniers seront remplacés par des emplois précaires de l’économie du partage, des missions de courte durée, ou des temps partiels.

Les campagnes seront particulièrement touchées par ces évolutions. Mais il sera très difficile de s’installer en ville en raison de l’augmentation des coûts du logement et des frais de déplacement. En conséquence, il y a fort à parier que l’on assistera à une concentration géographique de la pauvreté et des inégalités dans les régions laissées-pour-compte.

Il n’est donc pas si étonnant que la proposition du versement d’un revenu universel de base (RUB) ou d’un revenu minimum soit si souvent débattue. Mais les politiciens qui pensent qu’un revenu universel de base serait la panacée se trompent, affirme Ian Goldin, Professeur de Mondialisation et de Développement à l’université d’Oxford, dans le Financial Times.

Il donne 5 raisons :


  • Le RUB est financièrement irresponsable

En effet, le versement  généralisé d’une somme permettant de vivre décemment coûtera une fortune, même pour les Etats les plus riches. Il faudra alors augmenter les impôts, ou réduire les budgets de certains postes fondamentaux, comme l’éducation.

  • Le RUB mènera à plus d’inégalités et de pauvreté

Un tel revenu minimum serait versé à tous, même aux millionnaires. Comme il s’accompagnera d’une suppression des aides sociales telles que les indemnités chômage, les aides pour les personnes handicapées ou les aides au logement, cela signifie qu’il conduirait à une réduction des sommes allouées aux plus démunis et aux plus vulnérables.

  • Le RUB risque de nuire à la cohésion sociale

Le travail apporte non seulement un revenu, mais il confère aussi un statut, des compétences, des réseaux et des amis. Briser le lien entre le travail et le revenu risque d’inciter les gens à rester chez eux, et de ce fait, à miner la cohésion sociale. La criminalité, les drogues, les familles brisées ainsi que les autres phénomènes socialement destructeurs sont plus fréquents dans les zones où sévit un fort taux de chômage.

  • Le RUB risque de dissuader les gens de travailler

Toute société décente se doit d’offrir un solide filet de protection sociale à sa population. Néanmoins, ces aides devraient être conçues pour aider les gens à participer à la société par leur travail. Les filets de protection sociale devraient être pensés pour permettre aux gens d’avoir des emplois plus intéressants et non pour asseoir leur dépendance à l’égard de la société tout au long de leur vie.

  • Le RUB risque de dispenser les politiciens de réfléchir à la question de l’avenir des emplois

Or, il est nécessaire de débattre de cette question devrait, en raison du vieillissement de la population dans les pays riches, et des défis posés par l’intelligence artificielle dans les pays plus pauvres. Il faudra plus de contrats à temps partiels, des semaines de travail plus courtes, et des incitations pour favoriser le télétravail, les industries créatives et les activités de soin à la personne.

Et Goldin de conclure :

« Oubliez le revenu universel de base ; pour inverser la montée des inégalités et de la dislocation sociale, nous devons changer radicalement la manière dont nous envisageons le revenu et le travail. »

Sur le même sujet :