Cover image

© iStock

Science

La plus grande réserve de mercure du monde se trouve sous le permafrost

Les sols gelés de l'hémisphère nord, également appelés permafrost, stockent deux fois plus de mercure que le reste des sols, de l'atmosphère et des océans de la planète, a découvert une équipe de chercheurs américains en janvier. Cette révélation soulève quelques inquiétudes: que se passera-t-il si le réchauffement climatique libère ce mercure emprisonné par le froid?

Des scientifiques ont mesuré les concentrations de mercure contenus dans le pergélisol en y retirant des carottes de sol gelé. Ces données leur ont permis d'estimer la quantité de mercure piégée dans le pergélisol de l'hémisphère nord depuis la dernière période glaciaire: il reste actuellement 1.656 gigagrammes de mercure (121 millions de litres, soit assez pour remplir 50 piscines olympiques), ce qui en fait le plus grand réservoir connu de mercure sur la planète. 

Sur les 1.656 gigagrammes de mercure découverts, 863 gigagrammes (27 piscines olympiques) sont emprisonnés dans la couche superficielle du sol qui gèle et dégèle chaque année et 793 gigagrammes sont coincés dans le pergélisol (23 piscines olympiques).

Cycle mondial

Cette quantité représente "10 fois les émissions totales de mercure humain au cours des 30 dernières années", déclare le scientifique Kevin Schaefer, coauteur de l'étude, dans le National Snow and Ice Data Center. "Cette découverte va changer la donne", ajoute Paul Schuster, hydrologue à l'US Geological Survey et co-auteur. "Ces résultats ont des implications profondes pour mieux comprendre le cycle mondial du mercure."

Le problème est qu'avec le réchauffement climatique, la quantité de mercure libéré dans l'atmosphère pourrait considérablement augmenter. Une grande part du pergélisol pourrait fondre, accélérant la décomposition de la matière organique et libérant une quantité de mercure dangereuse pour les écosystèmes terrestres.

Déjà lu?