Cover image

© iStock

Economie

En Russie, les juges ivres pourront conduire sans risquer de contraventions

Le code de la route russe vient de changer: désormais, les juges russes pourront continuer à conduire même s'ils sont sous l'emprise de l'alcool. Ils ne risqueront alors rien car la police n'aura plus le droit de les soumettre à un contrôle d'alcoolémie, ni même de dresser un procès-verbal en cas d'infraction routière. 

En Russie, les juges ont le plein pouvoir. Surtout depuis que le ministère de l'Intérieur russe vient de modifier le code de la route. Ils deviennent des "contrevenants spéciaux". Ce qui veut dire que désormais, la police russe ne pourra plus soumettre les juges à des contrôles d'alcoolémie. Ce qui veut dire que si les juges sont ivres mais qu'ils veulent reprendre le volant, ils pourront le faire sans rien risquer! Jusqu'à présent, seuls les procureurs bénéficiaient d'une telle faveur, afin d'éviter que les policiers aient un moyen de faire pression sur eux.

Pas de sanctions possibles

Ce nouvel amendement du code de la route empêchera les policiers de soumettre les juges à un contrôle d'alcoolémie et même de dresser un procès-verbal en cas d'infraction routière. Mais si ils veulent faire appliquer la loi, ils pourront toujours le faire. Ce sera juste plus complexe. Ils devront rédiger un rapport sur l'infraction commise, qui devra ensuite être transféré au ministère de la Justice. Le temps que la procédure suive son cours, les juges auront le temps de faire tout ce qu'il leur plaira.

Peine de prison

Vis-à-vis des autres conducteurs en revanche, ce n'est pas exactement le même scénario. En effet, la législation à leur égard a récemment été durcie et stipule que les conducteurs sous l'emprise d'alcool ayant provoqué un accident mortel encourent une peine de prison minimum de deux ans.

La Russie reste en effet l’un des premiers pays au monde avec le plus grand taux de mortalité sur les routes. Environ 20.000 personnes meurent chaque année sur les routes, en raison de la conduite en état d’alcoolémie, mais aussi du mauvais état des infrastructures routières et du non respect des règles de la circulation.

Déjà lu?