Cover image

© iStock

Economie

6 tués et 328 blessés en 10 ans: l'état des routes wallonnes n'a pas épargné les automobilistes 

Un premier nid-de-poule, une deuxième, puis un troisième, le tout en quelques kilomètres. Pas de doute: on est en Belgique. Si on a tendance à prendre l'état de nos routes en dérision et à en rire, il ne faut pas oublier que ces trous peuvent être dangereux. L'Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) a fait les comptes et voici les résultats: 6 décès et 328 blessés en 10 ans à cause des nids-de-poule en Wallonie. 

Les nids-de-poule sont plus que jamais d'actualité. Ils sont tellement nombreux sur les routes belges que le réseau routier ressemble à un poulailler géant. Et avec le froid qui touche actuellement le pays, les trous dans les chaussées risquent de se faire de plus en plus nombreux (oui, c'est possible). Sans surprise, ce n'est pas une bonne nouvelle pour la sécurité routière. Même si ce n'est nullement comparable aux dangers de la vitesse et de l'alcool, les nids-de-poule peuvent aussi être meurtriers.

L'Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) s'est amusé à faire le compte des accidents causés par les problèmes de voiries sur les 10 dernières années en Wallonie. Cependant, les chiffres comprennent les accidents provoqués par les trous mais aussi par les casse-vitesse. Il est donc difficile de déterminer précisément la proportion des accidents entraînés par des nids-de-poule.

Amélioration en 10 ans

L'étude de l'ASWR comprend les années de 2007 à 2016. Entre ces deux années, des travaux ont été effectués et l'état des routes s'est sensiblement amélioré. En effet, on comptait en 2007 38 accidents corporels impliquant des nids-de-poule. En 2016, on en a répertorié "que" 22. Au total sur ses dix années, 6 personnes ont perdu la vie et 328 ont été blessées à cause des routes mal entretenues ou des casses-vitesse.

"La proportion de victimes blessées ou tuées est assez faible par rapport à l'ensemble des accidents corporels" relativise la porte-parole de l'ASWR Belinda Demattia pour La Capitale. Elle précise également que ces chiffres sont dérisoires par rapport aux accidents causés par l'ivresse au volant et par les excès de vitesse. Enfin, contre toute attente, la plupart des accidents corporels provoqués par les trous se produit sur des routes limitées à 50km/h. Il y a donc fort à parier que les excès de vitesse sont également impliqués dans ces accidents.

Quelques conseils 

En cas d'accident du genre ou de rencontre avec des nids-de-poule quotidiennement, Belinda Demattia donne quelques conseils. Elle convient qu'éviter les trous permet d'éviter les crash "mais il ne faut pas tenter une manoeuvre d'évitement si elle risque de causer un accident" explique-t-elle "les conséquences de l'accident risquent d'être beaucoup plus graves que les dommages causés par le trou dans la route."

Si il n'est pas possible d'éviter un trou et qu'un véhicule en sort endommagé, il y a quelques réflexes à avoir. Il est par exemple très utile de prendre en photo les dommages et le trou en question pour faire constater les dégâts à la police. Une fois que c'est fait, il ne reste plus qu'à présenter la facture au gestionnaire de la voirie pour se faire rembourser. 

Lire aussi: