Opioid crisis

© iStock/Hailshadow

Economie

Les chiffres glaçants de l'épidémie d'opioïdes aux Etats-Unis

La petite localité de Williamson, en Virginie Occidentale, donne une image glaçante de l’épidémie d’opioïdes (des médicaments produits à base de dérivés synthétiques de l'opium) qui sévit aux Etats-Unis, rapporte Vox. Entre 2006 et 2016, les grandes firmes pharmaceutiques ont livré près de 21 millions de comprimés antidouleurs à base d’opioïdes aux 2 pharmacies que compte cette petite ville de… 2900 habitants. 

C’est ce qui ressort d’une enquête du Congrès américain portant sur les livraisons des grossistes pharmaceutiques Miami-Luken et H.D. Smith, dont le journal local Charleston Gazette-Mail  a eu connaissance. En effet, les législateurs américains enquêtent actuellement sur l’épidémie d’opioïdes que traverse le pays. Les deux grossistes en question ont expédié la majeure partie des 10 millions de comprimés d’oxycodone et des 10 millions de cachets d’hydrocodone à Williamson.

L’État de Virginie Occidentale particulièrement affecté

Les membres du Congrès veulent savoir pourquoi ces grossistes ont continué de livrer ces médicaments en dépit de l’abus évident qui en était fait. On a déploré 880 overdoses directement imputables aux opioïdes en 2016 dans l’Etat de Virginie Occidentale en 2016. En 2015, cet Etat détenait déjà le triste record d’être celui où l’on recensait le plus de décès liés aux opioïdes aux Etats-Unis, avec 41,5 décès pour 100 000 habitants.

Une autre enquête, menée entre 2007 et 2012, avait quant à elle conclu que les firmes pharmaceutiques avaient livré 780 millions de comprimés antidouleurs dans les pharmacies de l’ensemble de l’Etat, qui se targue d’une population de 1,8 million d’habitants. Kermit, une localité de 392 âmes comptant une unique pharmacie, avait reçu 9 millions de comprimés d’hydrocone à elle seule sur une période de 2 ans.

Des médicaments 

La crise des opioïdes a débuté dans les années nonante du siècle dernier, lorsque le lancement de L’OxyContin, un analgésique (antidouleur), a coïncidé avec une campagne de santé invitant les médecins à considérer la douleur comme un véritable problème médical. Guidés par les commerciaux des firmes pharmaceutiques, les docteurs américains ont commencé à prescrire massivement des médicaments antidouleurs formulés avec des dérivés d’opium pour toutes sortes de pathologies.

En conséquence, de nombreuses personnes ont développé une dépendance à l’égard de ces médicaments. Souvent, les adolescents de la famille, des parents ou des amis ont été eux aussi gagnés par cette addiction. Les prescriptions du médecin de famille ont aussi alimenté un marché noir florissant. Souvent, lorsqu’ils ne peuvent plus se procurer d’ordonnances, les consommateurs de ces médicaments se tournent vers d’autres substances opioïdes moins onéreuses (en particulier héroïne et fentanyl), ce qui les fait tomber dans les réseaux de drogue dure.

Une réduction de l'espérance de vie aux États-Unis

En conséquence, les États-Unis sont maintenant aux prises avec une grave épidémie d’opioïdes. On y a recensé 64 000 overdoses en 2016, un record absolu. Les deux tiers de ce nombre concernaient des opioïdes. Ces nombreux décès expliquent pour partie la réduction de l’espérance de vie américaine que l’on a constatée sur les deux dernières années. 

Sur le même sujet :