Cover image
Tech

Facebook, Google et compagnie : le paradis des pédophiles

Les géants de l’Internet tels que Facebook, Google et Snapchat sont par construction des pièges à enfants pour pédophiles, a déclaré Simon Bailey, chef des services britanniques de police chargés de la protection de l’enfance durant une interview sur ITV news.


Selon Bailey, ces sociétés font trop peu d’efforts pour empêcher que leurs plateformes ne soient utilisées pour la maltraitance infantile. « La menace des délinquants sexuels en ligne augmente à un rythme phénoménal, ce qui expose la jeunesse à un risque réel », a-t-il ajouté.

Progrès insuffisants


« Les enfants sont exposés à un risque significatif. Ces entreprises laissent tomber les jeunes. Elles font des progrès mais ces derniers sont loin d’être suffisants. Ces sociétés dépensent des sommes énormes, mais le fait est que les enfants sont victimes d’abus. Trop peu de mesures sont prises pour sécuriser les forums de discussion et supprimer les images indécentes. Ces entreprises le permettent fondamentalement. »

Selon les chiffres du gouvernement britannique de l’année dernière, en quatre ans, on a constaté une hausse de 700% du nombre d’images indécentes renvoyées aux organismes d’application de la loi. Les enquêtes réalisées par le journal The Times ont montré qu’une quantité importante de contenus à caractère pédophile se trouvait sur Facebook et Google.

Arrogance


Les deux sociétés ont déclaré qu’elles investissaient dans l’intelligence artificielle et les modérateurs humains afin de supprimer les contenus inappropriés.  Cependant, selon Bailey, les deux sociétés ont le devoir de répondre plus vigoureusement à ce problème. « Ces entreprises ont la responsabilité morale et sociale de sécuriser leurs plateformes. »

Robert Hannigan, ancien directeur du GCHQ (Government Communications Head Quarters) , l’agence de renseignement britannique, a déclaré que les gouvernements finiraient par introduire des lois forçant les entreprises technologiques à supprimer tout contenu inapproprié si un changement crédible n’était pas réalisé rapidement.

« Ces entreprises sont maintenant plus puissantes que les gouvernements du monde. Outre l’idéalisme et la réalité commerciale, elles incarnent aussi l’arrogance car elles croient qu’elles siègent au-dessus de la démocratie. »

Facebook et Google ont déclaré qu’elles appliquaient des politiques de tolérance zéro en ce qui concerne l’exploitation infantile. Snapchat a pour sa part affirmé que la sécurité était sa priorité absolue.