Cover image

Pourquoi le Bitcoin et les monnaies virtuelles ne s'imposeront jamais

Les monnaies virtuelles ne sont pas vouées à s’imposer, car les gouvernements ne voudront jamais renoncer au contrôle du système monétaire. C’est ce qu’affirme Jim Edwards de Business Insider. Il pense que l’argent liquide restera roi.

Les monnaies virtuelles ne sont pas vouées à s’imposer, car les gouvernements ne voudront jamais renoncer au contrôle du système monétaire. C’est ce qu’affirme Jim Edwards de Business Insider. Il pense que l’argent liquide restera roi.


La Russie, la Corée du Sud, la Chine, l’Algérie, la Bolivie, l’Équateur, le Népal et le Kirghizistan ont déjà interdit le Bitcoin, ou pris des mesures pour rendre la monnaie virtuelle moins séduisante.

La Corée du Sud envisage même une interdiction totale. Pourtant, les citoyens du pays sont à l’origine de 10 % des transactions en Bitcoin du monde. En outre, l'Autorité européenne des Marchés Financiers a également indiqué qu’elle envisageait d’interdire les contrats différentiels en bitcoin.

L'anonymat


Ce qui gêne les autorités, c’est que ces monnaies virtuelles sont protégées des règlementations et qu’elles confèrent l’anonymat. Pour leurs détenteurs, il serait possible d’accumuler d’énormes richesses sans que les autorités puissent y avoir accès, une motivation qui attire les délinquants.

Il est utopique de croire que les autorités accepteront d’abandonner le contrôle qu’elles exercent  sur les monnaies fiat et qu’elles permettront à des monnaies échappant à leur contrôle de coexister avec ces dernières. Et ce d’autant plus que les monnaies virtuelles offrent un bon moyen d’échapper aux impôts, en particulier aux impôts sur le revenu et les plus-values du capital. « S’il y a une chose dans laquelle les gouvernements excellent, c’est de s’assurer que le gouvernement ne disparait pas », écrit Edwards.

Le pouvoir des gouvernements


Or, les monnaies conventionnelles, les monnaies fiat, sont derrières l’intégralité des activités humaines. Les gouvernements ne maintiennent leur emprise que parce qu’ils peuvent créer de la monnaie, ou réduire le montant en circulation. Leur politique de taux d'intérêt détermine le coût de toute chose.

Une éventuelle substitution des monnaies virtuelle à l’argent conventionnelle remettrait en cause la raison d’être du gouvernement. C’est pourquoi les autorités ne tolèreront pas cet état de choses. Même s’il leur faudra du temps pour intervenir, ils finiront par réglementer les monnaies virtuelles. De ce fait, l’argent liquide est voué à demeurer le moyen de paiement préféré de la plupart des citoyens.