Kim Dotcom, fondateur de Megaupload, accuse le FBI de 'clonage illégal' de ses données informatiques

Les avocats de Kim Shchmitz, alias Kim Dotcom, le fondateur de Megaupload,  accusent le FBI d’avoir cloné illégalement des données informatiques et de les avoir transmises aux Etats-Unis sans que ni la police ni la justice néo-zélandaise ne soient averties. Les agents ont examiné 18 machines et ont envoyé les données informatiques clonées vers les Etats-Unis par l’intermédiaire de l’entreprise Fedex.


Les accusations portent sur des copies illégales de disques dures. Les juges avaient pourtant décidé que les données ne soient transmises qu’après décision de la justice du pays. Pour un des avocats de l’informaticien, Willy Akel, il s’agit d’un "acte illégal". Par contre, selon le Procureur général de Nouvelle-Zélande, l’envoi d’informations clonées ne serait pas illégal car la loi en vigueur concerne l’envoi de matériel physique et non la transmission de données informatiques.


Une demande d’extradition à l’égard de Kim Dotcom a récemment été formulée par le gouvernement des Etats-Unis. Il est accusé avec ses trois collaborateurs "conspiration en vue de violer le droit d’auteur et de blanchiment d’argent" via son site de téléchargement illégal Megaupload.