Les gens peuvent-ils distinguer le goût de l'eau du robinet de celui de l'eau en bouteille?

Peut-on vraiment faire la différence entre de l’eau en bouteille, et de l’eau du robinet ?


Une équipe de recherche française mêlant des chercheurs du CNRS (Centre National pour la Recherche Scientifique), de l’INRA, (l’Institut National de Recherche Agronomique) et de la compagnie des eaux Lyonnaise des Eaux, a fait goûter de l’eau de six différentes marques de bouteilles et de l’eau du robinet provenant de six communes de différentes régions françaises à 389 participants issus de la France entière. Les chercheurs ont identifié 3 sortes de goûts pour l’eau : l’amertume de l’eau faiblement minéralisée, la neutralité et la fraîcheur de l’eau moyennement minéralisée et le goût salé et l’astringence de l’eau fortement minéralisée. Leur rapport, publié en 2010, conclut que la plupart des consommateurs ne peuvent pas faire la différence entre l’eau en bouteille et l’eau du robinet, dès lors que cette dernière n’a pas d’arrière-goût chloré. Cependant, 36% des participants étaient capables de distinguer l’eau en bouteille et l’eau du robinet.


Dans une autre étude réalisée à Belfast en Irlande en 2005, Deborah Wells avait fait goûter de l’eau de plusieurs sources, incluant de grandes marques telles qu’Evian et Danone Water, à plus de 1000 personnes qui avaient dû les comparer à de l’eau distillée (provenant de la Queen University de Belfast) et de l’eau du robinet. « Les résultats de cette étude indiquent que les gens ne peuvent pas identifier l’eau en bouteille sur la base de sa saveur », avait-elle conclu. « Cela suggère que la demande de consommation actuellement forte pour cette boisson est basée sur des facteurs autres que la perception du goût ou de l’odeur. »


Ces conclusions ne sont pas tellement étonnantes. Coca-Cola Grande Bretagne avait commercialisé sous la marque « Dasani » des bouteilles contenant de l’eau du robinet prélevée dans la Tamise, à Sidcup, au sud de Londres, qui s’étaient bien vendues, jusqu’à ce que l’on révèle qu’il s’agissait d’eau du robinet. Le litre était vendu 1,40 euros aux consommateurs, alors qu’il était facturé moins de 10 cents par la compagnie des eaux, Thames Water. Coca-cola avait expliqué que l’eau Dasani avait subi une « purification supplémentaire » avec trois filtres complémentaires.


 


(Photo:  by The Consumerist)